Sommet UE-UA: She Okitundu appelle à éviter « un engrenage où les sanctions appelleraient ipso facto des mesures de rétorsion correspondantes »

2
853

Le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, a interpellé l’Union européenne (UE) et a plaidé pour la levée des sanctions contre  des officiels de la RDC, lors de la réunion conjointe des ministres des Affaires étrangères de l’UE et de l’Union africaine (UA),  mardi à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Léonard She Okitundu a indiqué que l’Union africaine et l’Union européenne sont liées par une relation de partenariat en particulier par l’Accord de Cotonou, précisant que ce partenariat stratégique et d’amitié implique entre autres l’égalité entre partenaires et les consultations régulières à travers un dialogue permanent, dans le respect mutuel.

« Or, depuis un certain temps, l’UE, à travers son conseil des ministres, s’est cru autoriser à infliger des sanctions à certaines hautes personnalités, souvent membres importants des gouvernements africains », a-t-il déploré.

Pour le chef de la diplomatie congolaise, des sanctions sont tout simplement inacceptables d’une part parce qu’elles violent les principes qui président à notre partenariat, d’autre part parce qu’elles sont sinon inopportunes en tous les cas contre-productrices.

C’est pour cette raison que les communautés économiques régionales africaines, les derniers sommets de l’UA et de la SADC ont condamné vertement cette pratique unilatérale des sanctions ciblées, principes de subsidiarité oblige, a-t-il indiqué.

Le vice-Premier ministre a noté que le président en exercice de l’UA ainsi que le président de la Commission de notre organisation continentale ont eu à réitérer, à bon droit, cette condamnation.

« Au moment où nos collègues européens, auteurs de ces sanctions sont ici présents, c’est le lieu par excellence d’interpeller la haute représentante et vice-présidente de cette pratique des sanctions ciblées querellées à l’encontre des partenaires africains », a déclaré Léonard She Okitundu.

En effet, si l’UE tient à un véritable partenariat d’amitié avec l’UA, il lui appartient de lever les sanctions en cours et d’y renoncer à l’avenir en privilégiant les consultations régulières et le dialogue.

Pour Léonard She Okitundu, les éventuelles sanctions doivent être considérées à la rigueur comme un ultima ratio, indiquant qu’à défaut, « notre partenariat » perdrait toute sa crédibilité au point d’être considéré en définitive comme un véritable marché des dupes.

Auquel cas, « nous entrerions  dans un engrenage où les sanctions appelleraient ipso facto des mesures de rétorsion correspondantes », a-t-il prévenu.

Avec ACP.

2 Commentaires

  1. « RETORSIONS CORRESPONDANTES »

    Quelle est l´impact économique, social, politique ou diplomatique dans les pays membres de l´UE si un pays comme la RDC dont les dirigeants sont hors mandat peut y recourir?
    La RDC est signataire des accords sur la démocratie, le respect des droits de l´Homme et la bonne gouvernance avec l´UE, monsieur le ministre devrait commencer par faire respecter ces accords dans le gouvernement dont il est membre avant de penser « sanctioner » 28 pays membres riches et puissants de l´UE.
    Quand les simples manifestations publiques sont réprimées par la police, il faut s´attendre á l´augmentation des sanctions envers les dirigeants congolais.

Comments are closed.