jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min

l'info en continu

Bukavu: la Monusco livre Abbas Kayonga et ses hommes au gouverneur Nyamugabo

- Publicité-

Après plusieurs heures d’affrontements, l’ancien  coordonnateur de la cellule technique de lutte contre la fraude minière  du Sud-Kivu et ses hommes se sont rendus à la Monusco, apprend POLITICO.CD des sources concordantes.

Selon le Capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole de la 33ème région militaire, Abbas Kayonga et 17 de ses hommes se sont rendus à la MONUSCO. Ils sont actuellement à la base de la mission de l’ONU située non loin de sa résidence dans le quartier Muhumba.

- Publicité-

M. Kayonga et ses hommes ont été finalement remis au nouveau gouverneur Claude Nyamugabo, qui assure que leurs droits, ainsi que la justice seront respectés.

C’est depuis 5h30 que les quartiers résidentiels Muhumba et Ngumba, dans la commune d’Ibanda, sont théâtre d’affrontements armés entre deux factions des forces de sécurités congolaises, rapportent des sources concordantes.

Tout serait parti d’une opération militaire qui visait à neutraliser la garde d’Abbas Kayonga, coordonnateur de la cellule de lutte contre la fraude minière, suspendu par le gouverneur  Claude Nyamugabo la semaine dernière. Sur place, les éléments de l’armée régulière ont rencontré une résistance. « La garde de Kayonga a ouvert le feu, récupérant les armes lourdes que les militaires étaient venu avec pour la neutraliser » renseigne une source sur place.

Dans une interview accordée à laprunellerdc.info, M. Kayonga s’explique: « Nous avons été attaqués chez-nous depuis 4 heures du matin par les Fardc. Nous étions en pleine discussion avec la police et nous avons écrit au général de la police pour qu’il puisse nous sécuriser parce que les fraudeurs ont été contents de notre suspension et il y avait une marche à cause de cela et ils pouvaient me lyncher mais aujourd’hui on m’envoi des troupes militaires qui viennent me tuer depuis le matin »

 

- Publicité -

EN CONTINU