Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle la RDC à enquêter sur les attaques contre la Monusco

4
1217

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné avec la plus grande fermeté les attaques perpétrées par les Forces démocratiques alliées [ADF] le 9 octobre 2017 dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo contre une base de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation République démocratique du Congo (MONUSCO), qui a entraîné la mort de deux soldats de la paix de la République-Unie de Tanzanie, et a blessé dix-huit autres soldats de la paix, affirme un communiqué publié ce mardi.

Deux Casques bleus ont été tués lundi dans l’est de la République démocratique du Congo lors d’une attaque attribuée aux rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), qui auraient aussi tué samedi une vingtaine de civils, a annoncé la Mission de l’ONU en RDC (Monusco).

« Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leurs sincères condoléances et leur sympathie aux familles des Casques bleus tués, ainsi qu’au Gouvernement de la République-Unie de Tanzanie et à la MONUSCO. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux soldats de la paix blessés« , dit le communiqué.

Les Casques bleus ont repoussé une attaque lancée à 05h30 (03h30 GMT) par des « éléments présumés » des ADF contre une base de la Monusco à Mamundioma, dans le territoire de Beni, l’une des divisions administratives de la province du Nord-Kivu.

« Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus énergiques toutes les attaques et provocations perpétrées contre la MONUSCO par des groupes armés. Les membres du Conseil de sécurité ont appelé le Gouvernement de la République démocratique du Congo à enquêter rapidement sur ces attaques et à traduire les auteurs en justice« , ajoute ce communiqué.

Ils ont appelé « tous les groupes armés du pays à déposer leurs armes et souligné que les attaques visant les forces de maintien de la paix pouvaient constituer des crimes de guerre au regard du droit international.« 

4 Commentaires

  1. les attaques visant les forces de maintien de la paix pouvaient constituer des crimes de guerre au regard du droit international.” celles visant les populations congolaises constituent, curieusement, « les primes de guerre » et ne nécessitent aucune enquete

Comments are closed.