Kabila debout!

15
926

Une solide barbe, des cheveux en rébellion, un front brillant, un habillement de deuil. Joseph Kabila s’est taillé, comme un symbole, un look de maquisard, à la Che Guevara. Devant l’ONU à New York, en marge de la 72ème Assemblée générale, le président de la République démocratique du Congo affiche une attitude à la fois insolente et rêche, aussi digne que désespéré.

Certes il le fallait, au regard de la situation. Avec une opposition qui a passé toute la semaine à prophétiser son départ en faveur d’une transition hypothétique, qui achèverait ses 16 ans de règne à la tête du pays, traînant dans les sillages d’un rendez-vous newyorkais que l’on a voulu – Dieu sais pourquoi –  crucial, le Chef de l’Etat congolais était attendu au tournant.

Rien de nouveau dans son discours pourtant. « Le cap vers élections est irréversible« , dit-il. En somme, Joseph Kabila poursuit la logique de sa famille politique. Il y aura des élections « dans le bon délai » ou pas. Et tant pis pour l’opposition emmenée par Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi. Car, durant la trentaine de minute de ce discours marathon, il ne sera jamais question de parler d’eux. Les voix discordantes vilipendant les institutions de Kinshasa en prennent pour leur compte. Le Président refuse « Diktats » et « Ingérences ». Il fait appel « aux vrais amis du Congo » pour tout soutien « sincère ».

Avant son discours,  Kabila a bien balisé le chemin. Loin de l’euphorie créée par des opposants à coup de selfies sur les réseaux sociaux, le président congolais s’est offert un véritable travail diplomatique de fond, couronné le vendredi avec plusieurs rencontres allant des représentants des Droits de l’homme à ceux de la Cour Pénale Internationale (CPI), tout en passant par un huis clos avec le Premier ministre belge, Charles Michel.

Pour autant, la crise politique reste entière au pays. Exclus du processus actuel, qu’ils jugent peu fiables, les opposants qui préparent l’après Kabila viennent de recevoir une réponse concrète: Joseph ne leur fera pas de cadeaux, il faudra, finalement, aller le chercher. Pour y arriver, les amis de Sindika Dokolo doivent cependant changer d’épaule pour leur fusil. Ils doivent finalement arrêter de jouer au Kabulo Mwana Kabulo à coups de tweets, sortir des réseaux sociaux et se rendre compte que l’Occident n’est pas un allié fiable dans la lutte pour la démocratie au Congo. Il faudra se concentrer à l’essentiel: le peuple.

La fin de l’année va être chaude à Kinshasa.

Litsani Choukran,
Le Fondé.

 

15 Commentaires

  1. Attention quand même, cher ami journaliste, ça commence à friser la propagande !
    Non seulement le sort de ‘JK’ ne se décidait pas à l’issue de son discours à la tribune de l’Onu, beaucoup est à venir mais aussi il y’a des façons moins hagiographiques d’apprécier sa bonne tenue pour un journaliste de presse généraliste vraiment professionnel…

    • En effet ce mec Litsani Choukran vient de se discrediter totalement comme « journaliste » serieux .

      Comme cet autre farceur PPRD Jean-Marie Kassamba, Litsani n’a qu’aller se faire embaucher par son client Lambert Mende !

      • Un bon Journaliste est seulement celui qui sied vos opinions ? et Mr Choukran qui est une église au milieu du village, devient vilain parce que il étale les faits sans tare et vous laisse en tout démocratie déverser vos venins a qui mieux ? oh ! Haine ou est ta gloire ?

        • Un bon journaliste à mon avis est d’abord celui qui relate la vérité des faits qu’il observe ou alors qui assume ses opinions !
          La question que posent les dernières sorties de Mr Choukran est : où se situe-t-il ? Dans l’information objective ou dans celle de leader d’opinion qui serait, à le lire, l’opinion « propagandiste » en faveur du pouvoir en place ?
          Alors qu’il l’assume clairement et nous le dise et pas louvoyer entre les deux…

          L’enjeu socio-politique du moment c’est comment sortir de la crise créée par le refus délibéré du pouvoir en place d’assurer l’alternance, ce n’est pas sorcier de l’appréhender…
          Derrière c’est le sort de 70 millions de Congolais qui est en jeu : quelle est la voie la mieux indiquée et l’équipe qui est à même de l’incarner au-delà de la querelle facile entre pouvoir en place et opposition actuelle ?
          Ma réponse qui n’est pas ‘de normand’ est que vu le bilan pour le moins très mitigé de l’administration en cours et les élucubrations souvent très alimentaires de son opposition, est qu’il nous faut changer de « gouvernants » (majorité et opposition comprises) pour changer de « gouvernance », un impératif incontournable pour le meilleur avenir de notre pays!

          Quel est alors le bon exercice du journaliste devant cette crise ? De prendre parti pour les uns ou les autres avec des arguments solides, sI c’est sa vision de choses mais d’abord à l’évidence de nous relater en toute vérité objective les évènements de manière à permettre à son lectorat de se faire une idée plus éclairée pour au besoin émettre dans les urnes son choix réfléchi des responsables politiques…
          Arrêtons ces djalelo aveugles et cupides qui ont miné le Congo depuis un demi-siècle de souveraineté, le temps de maturité, de l’efficacité politique est venu !
          Voilà !

  2. C est quoi Kabila debout quand tout un peuple est couché par la misere. C est quoi cet article ? Un peuple qui ne demande qu une chose qu on respecte Sa Constitution est ce un crime? Arretez de personnaliser notre pays a un seul homme…L opposition est a feliciter car elle dit tout haut ce que tout un peuple meurtri et opprime ne peut dire car en face de lui les armes sont servis en toute impunite….il nous faut une cour constitutionnelle internationale pour proteger les peuples qui sont sans defense….aussi longiue sera la nuit le congolais sera debout un jour… Que vous le vouliez ou pas!

  3. Journaliste propagandiste, Un article au contenu vide- Et pourquoi tu ne soulignes pas que Kabila a parlé dans une salle vide pour un discours vide? Tu es à plaindre comme journaliste. Un article enfantin et vide du contenu. Du deja dit, entendu et écrit. Une presse congolaise malade au service d’un président idiot. Nous devrions tous combattre, battre et abattre ce petit idiot nous imposé comme président. Dommage que certains kongolais considèrent que libérer leur pays est l’affaire des opposants Katumbi, Felix et Sindika. Journasme de pacotille. Se faire diriger par un escro fait plaisir à certains journalistes pour trouver quoi écrire pour se trouver du travail. Mawa.

  4. Ça c »est un Kabiliste qui parle, mais Kabila debout il f hallait dire devant quelle audience? Tu ne fais oas une analyse pourquoi tous ses pairs ont deserté la salle, même la sadec qui est dans votre logique, rappelez vous de la Baulle?

  5. Plutot, une grenouille qui se gonfle trop, finit par…? Devinez vous memes la suite ..!

    Ce petit-mec felon vomi par les Congolais connaitra bientot le sort de Samuel Doe ou Muammar Kaddafi

  6. Dommage, L.Choukran, je commençais à apprécier vos analyses! Là, vous faites un papier digne de la presse coupagiste kinoise, loin d’un travail d’analyse de fond. Le combat de l’opposition est réduit à un duel des individu, Kabila est élevé au rang de « guerrier debout » que les autres doivent aller chercher? Que faites-vous du combat de la Lucha, Filimbi et autres? Vous êtes Congolais et je vous ai vu « indigné » aussi! Vous attendez que Sindika ou Katumbi aille detroner Kabila pour vous? Et vous mettez le peuple où dans votre scénario?

  7. Bonjour à tous. C’est LITSANI CHOUKRAN. Tout d’abord merci pour vos réactions objectives. Face à la majorité à celles-ci j’aimerais clarifier certaines choses.

    D’abord, c’est regrettable d’oser parler de « journalisme alimentaire » avec moi. Vous me connaissez depuis un bon moment, vous n’avez qu’à relire toutes mes publications. En suite, soyons sérieux, Kabila doit payer pour cet éditorial? Non.

    Mais plus sérieusement; où suis-je, pour répondre à M. Nsumbu, qui a fait une très belle sortie objective, comme beaucoup ici d’ailleurs. Autant, souvent, j’ai défendu « Le peuple » contre les « Politiciens » dans mes éditos, celui-ci n’est pas une prise de position. Relisez s’il vous plaît.

    Néanmoins, je sais que vous êtes tous de gens de qualité. Alors, nous avons nous éviter une langue de bois. Je vais résumer ma pensée dans cet éditorial et j’aimerais, sur base de ceci, que vous ayons un échange franc.

    Je dis ceci:

    – Kabila est debout. Torse bombé, il affirme qu’il ne partira pas. Il défie l’opposition et la communauté internationale, y compris une partie du peuple (en déhors de la MP).

    – L’opposition n’a pas réussi à bien défendre sa cause à New-York, sans doute à cause du fait qu’elle n’avait pas de statut officiel pour discuter avec les partenaires internationaux.

    – L’opposition a tenté de « survendre » sa sortie de New -York, notamment avec des photos sur les réseaux sociaux, ce qui ne lui est pas bénéfique, du fait que Kabila est toujours, et malheureusement, debout.

    – Comme solution pour résoudre cette crise, il faudra que l’opposition se réveille et finalement arrête sa politique de selfies et surtout, qu’elle arrête de courtiser les grandes puissances qui sont toujours versatiles; et qu’elle se mette à mobiliser LE PEUPLE, car, à la fin, la révolution aura bien lieu à Kinshasa.

    Sur ce, vous êtes libre de me cataloguer, mais je n’ai pas encore vendu ma plume, et ça ne risque pas d’arriver. Je suis sincère. A vous de me classer où vous voulez. Mais j’aime mon pays, j’aime la vérité.

    • CHER AMI LISTANI CHOUKRAN, TES ARGUMENTS NE CONVAINQUENT PAS. ET SURTOUT PAS CONTRE CEUX DE TRES HAUT NIVEAU QUE NOUS ETALENT NSUMBU, DEKONGO ET AUTRES COMPATRIOTES.

      SIMPLE QUESTION: N’ES-TU PAS DANS L’EMBARAS DE CONSTATER QUE SEUL LE CHANTEUR-KANAMBISTE « LEO LIPOPO » CI-DESSUS TE DEFEND CONTRE TOUS?

      A TA PLACE , J’EN AURAIS CERTAINEMENT HONTE….!

    • Pour ma part, je pense que c’est l’amalgame Congolais Debout et Kabila Debout qui dérange tous vos lecteurs et qui choque..L’heure est grave pour tous les congolais et oui c’est vrai il était debout avec les traits tirés, le visage brillant de sueur et méconnaissable…ce sont des signes qui ne trompent pas…et je ne suis pas tout a fait d’accord de votre analyse vis a vis de l’opposition au contraire de vous, je pense que leur lobbying a porter beaucoup de fruit. Il faut bien lire le communiqué de l’ONU et maintenant des droits de l’homme…Personne n’est irremplaçable sur cette terre et il faut savoir quitter le pouvoir en toute humilité sinon le peuple finira TOUJOURS majorité ou pas, opposition ou pas à vous l’arracher….

Comments are closed.