Éboulement de Tara : les condoléances de Paul Biya qui entraînent la furie des internautes sur Joseph Kabila

6
1058

A peine dix jours après un éboulement de terrain qui a officiellement fait 33 morts, 10 blessés, 57 rescapés et 174 personnes disparues sans compter d’énormes dégâts matériels, le président de la République du Cameroun a adressé les condoléances de son État à Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo pour ce drame.

« J’ai pris connaissance du bilan très élevé de victimes de l’éboulement survenu dans la province de l’Ituri. En cette tragique circonstance, je vous adresse, aussi qu’aux familles de disparus et à la nation Congolaise endeuillé, mes condoléances » a écrit Paul Biya dans un communiqué officiel dont Politico.cd a consulté une copie.

« J’y associe mes vœux de prompt rétablissement aux nombreux blessés et la solidaire compassion du peuple Camerounais » conclu ce communiqué daté du 25 août.

Très vite la colère des internautes Congolais est éveillée. En réponse de ce tweet sur le compte officiel du président camerounais Paul Biya s’alignent des tweets à caractère moqueur à l’encontre du président Congolais Joseph Kabila, accusé par la blogosphère congolaise d’avoir ignoré ce drame, car concentré sur les stratégies à mettre en place pour rester longtemps au pouvoir.

« Merci pour ce message, mais le président Kabila ne va ni vous lire ni s’intéresser aux victimes » lance le premier internaute avant d’être rejoins par son paire qui enfonce: « ces condoléances devrait être adressé au peuple Congolais, pas à la personne à laquelle vous faites allusion » alors qu’un autre concluait: »vous avez parlé de président ? Est-ce que c’est un président ici ? »

Le président camerounais n’est pas aussi sorti indemne de ces attaques d’internautes. Outre ceux qui lui reproche d’avoir mal orthographié le troisième nom du Chef d’Etat congolais (Kabangue à la place de Kabange), les autres ont trouvé ici une tribune pour interpellé l’homme fort de Yaoundé à jeter le tablier et laisser la chance à la nouvelle génération et inspiré les présidents qui veulent suivre sa voie qualifiée de périlleuse. « Malgré tout, vous devez quand même quitter le pouvoir tout comme votre jeune frère (ndlr Joseph Kabila) » écrit un commentaire-réponse.

Après la catastrophe naturelle qui a emporté la vie d’une centaines d’habitants des villages riverains de Tara en province de l’Ituri la nuit du 16 août, la réponse efficace du gouvernement se fait attendre. Outre les communiqués de condoléances de la présidence et de la primature publiés trois jours après ceux de la Chine, des États-Unis et de plusieurs personnalités extérieurs, les populations affectées restent dans l’attente d’un geste fort de solidarité nationale, qui pourra booster le reste de la communauté humanitaire internationale en vue d’une réponse efficace pour la prise en charge de victimes de ce drame.

Fiston Mahamba (@FMLarousse)

6 Commentaires

  1. Nous ne pouvons rien attendre de ce gouvernement fantôme de la Kabilie, ne se soucie jamais de besoins elementaires du peuple( greves instatnnées des medecins, enseignants, … Policiers et soldats à vilain salaire, des diplomés sans emploi; bref un pays de consommateurs affamés) qui pis est, le peuple victime des catastrophes naturelles attendant envain la consollation du gouvernement mais sans suite. Au regard de tout ça, pensons qu’il est temps de prendre conscience et obliger à Kabila le respect de la constitution. Trop c’est trop.

  2. Le social de la population comme deuxième mission du gouvernement Cibala! N’importe quoi pour mentir qu’il n’y a pas moyen d’organiser les élections car l’argent a été affecté au social. La guerre à l’Est a justifié la non organisation des élections en 2016.

  3. Les drames se succèdent en RDC,
    Les embarcations chavirent ici, les éboulements ou glissements de terrains par là ; et le pouvoir en place reste insensible sinon à peine il réagit lorsque les médias étrangers en font écho.
    Alors on se demande si la vie des congolais intéresse encore le groupe de Kingakati .

Comments are closed.