« Je n’ai rien promis du tout! », la petite confusion sur l’interview de Kabila

3
963
Joseph Kabila Kabange. DANIEL ETTER / DER SPIEGEL

La presse francophone tant nationale qu’internationale a rapporté le « Je n’ai rien promis du tout! »  du président Joseph Kabila dans une interview  à l’hebdomadaire allemand der Spiegel, comme un démenti et surtout un doute sur la tenue des élections à la fin de cette année. La version originale en anglais et traduite par POLITICO.CD reflete néanmoins une erreur de traduction.

En effet, c’est grâce la question de nos confrères allemands, à l’origine de cette réponse, que la situation semble beaucoup plus différente. DER SPIEGEL dit exactement: « The missed election deadline triggered bloody riots. In the aftermath, the Congolese Conference of Catholic Bishops brokered an agreement between the government and the opposition, including your promise to hold elections by the end of this year. »

A traduire par: « l’élection manquée a déclenché, à son échéance [date à laquelle l’élection était supposée avoir lieu], des émeutes sanglantes. À la suite, la Conférence des évêques catholiques congolais a négocié un accord entre le gouvernement et l’opposition, y compris votre promesse d’organiser des élections d’ici la fin de cette année.« 

Ce à quoi Joseph Kabila a répondu: « I didn’t promise anything! I’d like elections to take place as soon as possible. But we want perfect elections, not just any kind of elections. And it’s the electoral commission that organizes elections in this country — this is what most people forget. We have an independent commission which, acccording to our constitution, is in charge of organizing elections. That commission is already working and the results are positive. We are moving towards 24 million already registered voters. We are moving forward. »

A traduire par: »Je n’ai rien promis! J’aimerais que les élections aient lieu le plus tôt possible. Mais nous voulons des élections parfaites, pas simplement n’importe quelles élections. Et c’est à la Commission électorale d’organiser les élections dans ce pays – c’est ce que la plupart des gens oublient. Nous devons une indépendante commission qui, conformément à notre constitution, est responsable  de l’organisation des élections. Cette commission travaille déjà et les résultats sont positifs. Nous avançons vers 24 millions d’électeurs déjà inscrits.

Ainsi, le « je n’ai rien promis du tout! » semble visiblement être une réponse en rectification de l’affirmation du journal allemand, contrairement au sens qui lui a été donné par la presse francophone.

3 Commentaires

  1. Ce n’est pas à ce machin d’organiser les élections.
    C’est au gouvernement de préparer les élections dans les nouveaux délais décides fin 2016.
    Et comme ce gouvernement est quasi le même depuis 15 ans, ça ne devrait pas poser problèmes. Pffff

  2. Votre remarque participe hélas de ces inutiles chipotages sémantiques ou de contextualisation forcée qui s’interdisent de décrypter le fond de la pensée de ‘JK’ qui sauf pour les aveugles volontaires (refusant exprès de voir ce qui est devant eux) n’est qu’une entreprise rusée de ne pas quitter le pouvoir (maintenant?) !
    Quelle différence de fond que le « je n’ai rien promis du tout! » soit une rectification à l’affirmation du journaliste ou qu’il soit prononcé d’emblée ?
    Rien, Mr le Journaliste, c’est vous qui succombez exactement au piège d’enfumage délibéré de ‘JK’ quant à son avenir à son poste et à la nécessité d’alternance démocratique attendue de la large majorité des Congolais !

  3. C’est triste. Organisé les élections depend de la volonté d’une personne ? Où simplement de la fin de son mandat. Ce n’est pas le président qui doit promette comme si c’est un cadeau. Organisation des élections est impératif à la fin de son mandat. Ce langage décourage même ceux qui ont une bonne conscience. Se mettre à manquer de respect aux évêques qui ont aidé. C’est grave pour une autorité.

Comments are closed.