Les chefs des services de sécurité des Grancs lacs en réunion à Kinshasa

2
800

C’était dans son mot d’ouverture de la onzième réunion du comité régional de coordination des services de sécurité de la CIRGL ( Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs),  laquelle regroupe 11 pays membres dont les neufs voisins directs de la RDC, plus le Kenya et l’Afrique du Sud.

Parmi les organes que comporte cette organisation régionale qui vise la paix, la stabilité et le développement de la zone, figurent outre le Secrétariat Exécutif qui en assure l’administration courante, des structures spécialisées telle que celle regroupant les 11 services de sécurité des pays membres qui se réuni régulièrement et en était à sa onzième rencontre; qui fait suite au dixième sommet, qui a eu lieu à Luanda.

Au menu, il était question de faire le point sur les urgences et de chercher des pistes susceptibles d’ y faire face. C’est dans cette optique que le président Joseph Kabila a mandaté le ministre de l’Intérieur pour procéder en son lieu et place à l’ouverture des travaux du jour.

Le ministre congolais a souligné que « ces assises se tiennent au moment où les groupes armés et les forces négatives de la région ont tous tendance à se muer en organisations terroristes.  C’est pourquoi il est important que nous mentions nos moyens ensemble en vue lutter effacement contre ce nouveau type de menace.  »

« Il s’ agit, a-tt-il poursuivi, de mettre en route des nouvelles stratégies, plus efficaces pour lutter contre cette forme immergeante de menaces.  »

Prenant également la parole, Kalev Mutond, Administrateur Général de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR), a souhaité la bienvenue à ses hôtes des Grands Lacs et plaidé pour une collaboration efficace entre les services spécialisés pour une plus grande stabilité régionale.

Pour sa part, le Secrétaire Exécutif Adjoint de la CIRGL, Vicente Muanda de l’angola,  s’est félicité de la présence de toutes les délégations attendues et l’excellente qualité des travaux qui ont accompli une analyse globale de la situation sécuritaire de la zone.

Concernant la RDC, il a confirmé que: « la question sécuritaire du Kassaï ainsi que celle de l’Est du pays ont bel et bien été analysées. »

Cependant, ce dernier s’ est refusé de citer les mesures proposées car, souligne-t-il, il appartenait aux ministres de la défense de décider. Quand aux services, ceux ci ne peuvent que formuler des recommandations que nous n’avons nullement le droit de divulguer.

Aline Engbe.

2 Commentaires

Comments are closed.