Les fosses communes du Kasaï pourraient constituer de crimes de guerre, affirme le Conseil de Sécurité

2
894

Ils exhortent la classe politique congolaise à ne pas attiser les tensions, et aux partis politiques et leurs militants de s’abstenir de toute forme de violence.

Ils demandent au gouvernement et a toutes les parties concernées « d’oeuvrer pour un environnement propice afin qu’il ait un aboutissement heureux du processus électoral. Rappelant la résolution 2348, ils souhaitent que la liberté d’expression et le droit de l’homme soient garantis. Que l’accès aux médias soit équitable. »

En outre, les membres du conseil condamnent la violence dans la région du Kasaï et se disent préoccupés à la « découverte des fosses commune qui pourrait constituer de crimes de guerre. » Ils expriment toute leur inquiétude quant à détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire.

En effet, des enquêteurs du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ont annoncé la découverte de 17 nouvelles fosses communes dans cette région fin avril, accusant ouvertement les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) d’en être responsables. Pour Lambert Mende, le Porte-parole du gouvernement congolais, cette « publicité » des officiels onusiens est une tentative d’interférer dans l’action de la Justice militaire, qui ne nie pas l’existence de ces fosses communes.

« Plusieurs fosses communes ont été découvertes. Et la Justice militaire a ouvert des actions à ce sujet. A ma connaissance, cette dernière a lancé un appel à tout le monde de pourvoir lui apporter tout élément susceptible d’aider à l’aboutissement de ses enquêtes » explique le porte-parole du gouvernement congolais. Au total 40 fosses communes ont été découvertes dans la région.

2 Commentaires

  1. L’ONU a toutes les preuves des crimes au Congo mais elle n’agit pas, elle parle , le pouvoir en place n’écoute rien et continu commettre les crimes.

    C’est pourquoi , une partie de la population congolaise pense l’ ONU qui vote les résolutions mais ne les applique et elle a tous les moyens pour défendre la population mais elle ne fait pas grand chose, lors 31 mars 2018 fin de son mandat n’est pas loin , rien n’est fait sur la résolution 2348 pour le respect de l’accord du 31/12/2016, le pouvoir viole tout. Donc l’ONU est complice.

Comments are closed.