Rencontre à huis-clos entre le Chef de la Monusco et le Rassemblement aile Félix Tshisekedi

2
918

La prise d’acte de la nomination du Premier Ministre, Bruno Tshibala, de Maman Sidikou, lui a attiré des foudres du Rassemblement aile Félix Tshisekedi qui a qualifié cette déclaration de « personnelle » parce que contraire à l’accord du 31 décembre 2016 et à la résolution 2348.

Une réunion d’urgence a été organisée entre les 2 parties dans la soirée du dimanche 17 avril, pour fumer le calumet de paix. Après 2 heures d’échange, le président du conseil des sages du Rassemblement Pierre Lumbi a rassuré l’opinion publique via la presse que l’incident est clos :

« Nous en avons parlé avec beaucoup de franchise, beaucoup sincérité et surtout beaucoup d’humilité. Je peut vous dire que l’incident est clos. Nous nous sommes mis d’accord sur la compréhension de l’accord de la Saint-Sylvestre mais aussi de la résolution 2348. Ce que l’accord doit être appliqué dans son intégralité et tout le monde doit respecter la résolution 2348« , a rassuré Pierre Lumbi au micro de la Radio onusienne, Radio Okapi.

Au même micro, le président du Conseil des sages, Pierre Lumbi, a confirmé qu’il n’y a plus de malentendu entre le Rassemblement et la Monusco. « Nous nous sommes ( Monusco et Rassemblement) entendus que cet accord (du 31 décembre 2016) soit mis en application dans son intégralité et respecte la résolution 2348« , a-t-il renchéri

La nomination sur ordonnance présidentielle de l’opposant Bruno Tshibala au poste de premier ministre, le 07 avril courant est contestée par le Rassemblement de l’opposition d’où devait provenir le premier ministre, conformément à l’accord du 31 décembre 2016.

A l’issue d’une visite à Bruno Tshibala à Kinshasa le 15 avril dernier, Maman Sidikou a indiqué que la Monusco dans son communiqué précédent, n’a jamais remis en cause la nomination de Bruno Tshibala. « Le communiqué de la Monusco ne dit pas que la nomination de Bruno Tshibala n’est pas conforme à l’accord du 31 décembre. La Monusco prend acte de la nomination du premier ministre. Maintenant, ce sont des institutions qui doivent entériner tout cela. Je crois que le premier ministre nommé devrait passer devant l’Assemblée nationale. Cela va de soi. Il faut respecter ce qu’il y a dans l’accord du 31 décembre. Je crois que le premier ministre nommé est dans cette optique-là« , a rassuré le patron de la Monusco.

Une sortie qui a suffi à elle seule pour déclencher une véritable levée de rideaux du côté du Rassemblement aile Félix Tshiskeedi. Dans un communiqué publié dans la foulée, Pierre Lumbi a fustigé le haut fonctionnaire onusien. « Le Rassemblement a noté que Monsieur Maman Sidikou a affirmé notamment que la Monusco a pris acte de la nomination de Monsieur Bruno Tshibala au poste de Premier Ministre, nomination qui serait, d’après lui, conforme à l’Accord politique du 31 décembre 2016. Monsieur Maman Sidikou s’est proposé de prendre contact avec le Secrétaire Général de l’UDPS et avec « son ami et frère», le Président de l’Assemblée Nationale, en vue de l’inclusivité du Gouvernement Tshibala. Ses propos ont laissé croire par ailleurs que la Monusco soutiendrait et accompagnerait ce gouvernement« , a accusé le communiqué du Rassemblement.

La réunion de dimanche est intervenue pour éteindre la flamme qui prenait déjà de l’ascension.

2 Commentaires

    • mon frère, la MONUSCO n’a pas ce pouvoir, mais la faute incombe à qui ? nous, congolais de la RDC, ne parvenons pas de s’entendre pour le processus, voilà pourquoi, la MONUSCO intervient. Je donne raison à la MONUSCO, et je leur demande de ne pas s’ingérer à nos problèmes dès que les congolais s’entendront entre eux-même. Bien compris ?

Comments are closed.