Disparition de Tshisekedi: « C’est le président Kabila qui sort gagnant », affirme une journaliste

13
940

Etienne Tsisekedi « appartient à l’histoire du Congo depuis 1960. Il est le seul qui a traversé toutes les décennies. Et encore aujourd’hui il est un homme de premier plan, surtout par sa capacité à résister, par son côté intraitable. Par cela il inspirait encore les jeunes générations« , explique Colette Braeckman dans une interview à la télévision belge RTBF.

Alors que ce décès du leader de la principale coalition des opposants au président Kabila intervient au moment même où les tractations sur l’application de l’accord signé le 31 décembre, destiné à mettre en place un régime de transition politique en RDC jusqu’à l’organisation d’une élection présidentielle devant avoir lieu avant la fin de 2017, sont toujours en cours à Kinshasa, la journaliste belge estime que cela fragilise les opposants.

« L’opposition radicale. Sa disparition risque de fragmenter l’opposition en RDC, et de laisser à nouveau les intérêts individuels ou politiciens l’emporter sur l’intérêt général. Une fois de plus c’est le président Kabila qui sort gagnant : il a gagné du temps, ce qui est à lui est à lui et ce n’est pas négociable, il peut rester en fonction jusqu’aux prochaines élections. Ce qui appartient à l’opposition est négociable« , analyse Colette Braeckman, qui a longtemps séjourné en RDC.

Suivez  Colette Braeckman sur la RTBF.

13 Commentaires

  1. Chers compatriotes, congolais de la RDC. La mort de Tshisekedi, comme de MOBUTU, KABILA (père) reste un vide dans l’histoire d ela République Démocratique du Congo. Prions que leur âme repose en paix et que Dieu nous donne un autre leadeur. Je demande aux congolais de la RDC de continuer la lutte dans l’exécution de l’accord du 31 décembre 2016.

  2. Cette phrase « L’opposition radicale. Sa disparition risque de fragmenter l’opposition en RDC, et de laisser à nouveau les intérêts individuels ou politiciens l’emporter sur l’intérêt général. Une fois de plus c’est le président Kabila qui sort gagnant : il a gagné du temps, ce qui est à lui est à lui et ce n’est pas négociable, il peut rester en fonction jusqu’aux prochaines élections. Ce qui appartient à l’opposition est négociable« , analyse Colette Braeckman, qui a longtemps séjourné en RDC »  » est une interpellation réfléchie non pas seulement pour l’Opposition mais pour toute la classe politique congolaise t la Société civile , de sauver la jeune Démocratie congolaise après la disparition de YA TSHITSHI, l’incarnation de la Résistance.

  3. Colette Braeckman a mis le doigt sur le vrai problème de la RDC. Bien qu’il soit hors mandat constitutionnelle depuis le 19 décembre 2016, et qu’il ait convoqué deux dialogues successives pour statuer de l’illégalité de son pouvoir, malgré la signature de l’accord de saint-sylvestre ; le Président Kabila n’a cure des toutes les tractations qui entourent l’exercice du pouvoir en RDC. Pour lui, qu’il y ai la constitution ou pas, le compromis politique ou pas, il ne se sent pas ébranler par les gesticulations des congolais qui se battent pour le respect de leur constitution encore moins la communauté internationale qui du bout de la langue incite les congolais s’entendre. J’y suis, je reste. Vous voulez que je parte, alors venez me délogez. Telle est la maxime qui guide Kabila. Que peut-on conclure? Que la RDC est un espace de non droit. Que le peuple congolais est privé de son droit élémentaire ne serait ce que celui de vivre en paix dans son pays.
    Raison pour laquelle, le pays est gangrené par des milices armées et envahit par des armées des pays voisins qui en toutes impunités tuent, violent, massacrent hommes, femmes et enfants et pillent. La RDC est sous la coupe réglée des hordes des toutes espèces qui écument le pays. Les Evêques catholiques perdent leur temps, la communauté internationale, l’UE, les UA et US toutes ces institutions et puissances perdent leur temps. J’y suis, je reste. Ce n’est pas normal en plein XXI siècle que monde civilisé laisse faire pour des raisons obscures un tel régime. A mon avis c’est cette attitude révoltant de Kabila qui ne rencontre aucun contradicteur qui a précipité la mort du Président E Tshisekedi. Cependant, de là dire que Kabila sort gagnant, je ne suis pas sûr. Car Kabila fonde son arrogance et son cynisme sur la Police, la GR et l’armée. Ici pas sûr que toutes ces corps lui restent fidèles indéfiniment. Le départ du sphinx de Limeté peut susciter des vocations qui sait?

  4. Les hommes passent mais les institutions demeurent.
    Un grand leader est parti…RESPECT à ce Sir. Tshisekedi Wa Mulumba, Icône de la politique en Afrique, pas de polémique, la vie politique continue avec des acteurs en mesure de conduire le pays à bon port.

  5. analyse tout faux, car depuis un certain temps, ceux qui donnent vraiment du fil à retordre à Kabila sont encore très actifs sur le terrain0. Le travail d’ Etienne a produit du fruit et on le récoltera même sans lui. Que du contraire, le pacifiste est parti, Kabila aura à faire à la masse dans sa globalité avec le risque que cela comporte d’avoir une insurrection populaire qui pourrait précipiter le départ de Kabila et de toute sa clique. Le monde entier est conscient des souffrances endurées par le peuple congolais et je crois que la communauté internationale refusera, cette fois, de cautionner des massacres au Congo par les mercenaires de Kabila.

  6. Bethy pitilo president interfederal de PANU:sa disparution permet la naissance de l esprit de plusieurs tshisekediste pour defendre la nation.

  7. Colette Braekman, « cette spécialiste des Grands Lacs « , aux séjours touristiques en RDC, omet de nous dire le rôle de la Blegique depuis 1960 pour torpiller la jeune démocratie congolais. ENNEMIS ENDOGÈNES ET EXOGÈNES . Voici seulement deux phrases de deux personnalités pour rafraîchir la mémoire de la « spécialiste blog RDC » :
    1) Avant l’indépendance = après l’indépendance ( Général Jansens)
    2) « ca ne change pas l’ordre d’arrivée ( Didier Reyenders)
    Congolais, Lumumba, Mzee, et aujourd’hui Tshisekedi d’une certaine manière sont les victimes des commanditaires qui aujourd’hui nous font des éditoriaux avec des larmes de crocodiles !
    Et cette dame Colette Braekman fait partie de l’entreprise machaivélique de ceux qui depuis le génocidaire Léopold II, roi des Belges, ont fait le serment que jamais, mais à jamais le Congo appartient à la Belgique et l’Occident ! THINK ABOUT IT !!!

    • écoutez cette interview de Reyenders, surtout concernant les violences post électorales. KAbila tire avant, pendant et après les élections, mais sur ça notre ami Didier, ne pipe mot ! ( Notamment les massacres des partisans de l’UDPS à l’aéroport de Ndjili ).
      youtube.com/watch?v=pypJzg5EZNE

Comments are closed.