« La signature de l’accord du 31 décembre ouvre des perspectives nouvelles pour une résolution pacifique de l’impasse politique. Cependant, des efforts majeurs seraient nécessaires afin d’avoir l’adhésion de tous les acteurs et une mise en œuvre de bonne foi », a souligné Hervé Ladsous devant les membres du Conseil des Nations Unies.

« En l’absence d’une pareille adhésion, la mise en œuvre dudit accord serait difficile et aurait des conséquences néfastes au plan politique et sécuritaire », a-t-il ajouté.

Selon M. Ladsous, la signature, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), de cet accord entre les signataires et les non-signataires de l’accord politique du 18 octobre est intervenue à moment critique de la vie politique de la RDC où les tensions politiques montaient et des incidents violents avaient éclatés dans un certain nombre de villes dans le pays à la suite de l’expiration du second et dernier mandat du Président Joseph Kabila le 19 décembre.

« La conclusion de cet accord a contribué décrisper la situation qui aurait pu exploser car les acteurs politiques qui avaient rejeté l’accord politique du 18 octobre maintenaient leur position selon laquelle les institutions nationales et provinciales deviendraient illégitimes après le 19 décembre », a-t-il souligné.

Le Secrétaire général adjoint a toutefois rappelé que certains acteurs politiques à l’instar du Mouvement de libération du Congo (MLC) n’ont pas encore adhéré à l’accord même si ce dernier a récemment indiqué qu’il devrait le faire incessamment. Les membres de l’opposition menés par le Premier Ministre actuel Samy Badibanga sont eux aussi réticents à signer l’accord. Ils maintiennent que certains arrangements de l’accord du 31 décembre, notamment ceux relatifs au processus électoral ne seraient pas réalistes.

« La Majorité présidentielle a pour sa part envoyé des signaux inquiétants concernant son soutien à l’accord, y compris en signant ce dernier avec des réserves qui ne sont pas tout à fait claires pour le moment », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général adjoint a estimé qu’il faudrait un appui politique, financier, technique et logistique majeur pour que les élections se tiennent en décembre 2017. « Des retards dans la mise à jour du fichier électoral, dans la mise en place du gouvernement de transition et la mise en œuvre des clauses de l’accord du 31 décembre pourraient avoir un impact négatif sur ce délai. Nous devrons par conséquent faire de notre mieux pour éviter l’accumulation de retards dans le processus électoral », a-t-il dit.

Avec UN.org.

11 comments

  1. A qui profite le retard si ce n’est la Majorité actuelle et une frange de l’opposition qui voit ses intérêts entrain de lui échapper ?

  2. Je dis non à cet accord, non à celui du mois d’octobre. Non à la classe politique congolaise actuelle, en commençant par tshishi jusqu’à kaka! Je dis oui au soulèvement populaire, à la révolution congolaise comme ce fut le cas pour les USA, la France. Sans cette révolution, on ne sera jamais ce qu’on pense devenir car il faut un changement radical de la perception commune sur la gestion de la RES PUBLICA. Parole du révolutionnaire Intello43

    1. @Intello43, tu dis non à tous ce qui es ton droit légitime, nous attendons qui tu prenne le devant avec ton soulevement, ta famille au prémier plan et nous serons derière toi. Je dis non au soulevement sur les reseaux sociaux avec des personnes qui se cramponnent derière leurs pc ou phone et demande aux autres de sacrifier leur vie. Ces sont des discours sans fondement.

      1. Je suis d’accord avec Jpk. Je me demandais aussi si l’intello43 résidait au pays comme nous autres ou bien il est à l’étranger. Il est facile de tenir un discours révolutionnaire quand on est loin du feu de l’action. Tous ici au pays aspirons à la paix véritable.

        1. Toutes ces manoeuvres c’est juste au profit de MP et leur chef pour gagner le temps.moi je crois que la cenco doit passer au plan B.
          Bazaiba,groupe de Badibanga qui sont ils pour empêcher la mise en oeuvre de l’accord. Soulevons ns plutôt contre ces enemis du peuple.

          1. Ils ont l”intension de gagner le pour organiser le référendum au mois de Mars. C’est bazaiba et badibanga qui sont utilisés pour combattre le peuple.

    2. Les peuples immatures restent esclaves pendant des siècles. Le peuple congolais est immature.
      Les réponses ci-dessous le démontrent.
      Les gens sont clochardisés, chosifiés et ils pensent qu’ils vivent.
      Le dictateur Joseph Kabila et sa bande vont régner encore au moins 20 ans sur la RDC.

    3. Savez vous ce qui s’était passé pendant la rėvolution française? Apprenez l’histoire que vous citez avant de faire des comparaisons.

    4. Si tu étais un vrai patriote tu ne devrais pas te cacher. Si tu veux une révolution prends alors le devant pour mobiliser les gens.

  3. AFIN D’ACCÉLÉRER LA MISE EN OEUVRE DE L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016, LE PEUPLE CONGOLAIS IMPLORE LES USA ET L’UE A FAIRE PLEUVOIR DES SANCTIONS CIBLEES EN COMMENCANT PAR LA TÊTE, NOTAMMENT KABILA, NANGA, MENDE, BADIBANGA, ATUNDU, RUBERWA, MON, MAKILA, BUSSA ETC.

Comments are closed.