Des élus  républicains et démocrates du Congrès des Etats-Unis ont mis en demeure le président Joseph Kabila d’annoncer son départ de la présidence et l’organisation de l’élection présidentielle en 2017 avant le 19 décembre.

Dans un ton vif,  plusieurs membres du Congrès américain disent toutefois  laisser encore la porte ouverte pour un départ du président Kabila avec “les honneurs” et appelle au respect des droits de l’homme, à la liberté d’expression et à la fin de l’instrumentalisation de la justice.

Le deuxième et dernier mandat du président congolais expire le 19 décembre 2016, alors la pression augmente tant de la part de la Communauté internationale que des opposants pour lui demander de quiter le pouvoir à l’issue de cette date. Les Nations-Unies ont annoncé au début du mois de décembre craindre des violences dans le pays.