Vers la levée de l’immunité parlementaire de Gabriel Kyungu?

0
889

Dans une lettre adressée au président de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga,  Pascal Mukonkole,  Procureur général Près de la Cour de Lubumbashi, au sud de la République démocratique du Congo, a demandé la levée de l’immunité de l’opposant Gabriel Kyungu, président de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC). L’autorité judiciaire du Haut Katanga souhaiterait poursuivre ce cadre du Rassemblement pour « outrage au Chef de l’Etat« , apprends-t-on de sa lettre adressée à l’Assemblée provinciale le 27 juin 2016.

En réponse, Dieudonné Mwelwa, président  l’Assemblée provinciale, a mise en place une commission chargée d’analyser cette lettre pour la levée des immunités parlementaires de Gabriel KyunguWakumwanza, élu de cette partie de l’ancienne province du Katanga.

Gabriel Kyungu, dont le parti est membre du Rassemblement dirigé par Étienne Tshisekedi, est invité par M. , Mwelwa le vendredi 09 décembre 2016 pour session à l’Assemblée provinciale statuant sur ce dossier.

Il est accusé d’outrage au chef de l’État Joseph Kabila lors d’une conférence de presse tenue en juin dernier dans la ville de Lubumbashi, au sud-ouest de la République démocratique du Congo.

Pour Wesley Ngoyi, secrétaire exécutif de l’Unafec cette démarche est une « manœuvre » consistant à entamer un procès politique contre Gabriel Kyungu Wakumwanza. « La République Démocratique du Congo est un État qui prône la liberté d’expression. Je crois que l’interprétation au travers des propos d’un homme politique est une manière de nuire à la liberté d’opinions » a-t-il déclaré avant de poursuivre: « Aux États-Unis, l’actuel président Donald Trump a tenu plusieurs propos virulents à l’encontre du président sortant Barack Obama. En aucun cas la justice Américaine n’a ouvert un dossier contre ce dernier ».

whatsapp-image-2016-12-08-at-15-55-57