L’armée arrête 41 soldats Sud-soudannais sur le territoire congolais

0
920

Valentin Ngaito, rédacteur en chef d’une station de radio communautaire dans la ville d’Aba, à 10 km au sud de ce territoire du nord-est de la RDC, a déclaré à Reuters que des troupes congolaises avaient arrêté 41 soldats sud-soudanais et un policier samedi après avoir fui un assaut des rebelles à la frontière congolaise.

« Ils sont venus avec leurs familles – des femmes et des enfants, ils sont restés au quartier général militaire jusqu’à lundi« , at-il ajouté, ajoutant croire que la MONUSCO les avait transportés jusqu’à la ville de Dungu, à environ 200 km.

Medard Mokobke Mabe, coordinateur de la Croix-Rouge dans la région, a déclaré que des soldats sud-soudanais avaient été arrêtés après avoir franchi la frontière. Il ne savait pas combien.

Le chef de la MONUSCO, Maman Sidikou a déclaré lundi au Conseil de sécurité que les inquiétudes se multipliaient au sujet des effets du conflit du Soudan du Sud sur la RDC.

Plus d’un million de personnes ont fui le Sud-Soudan depuis que le conflit a éclaté en décembre 2013 entre Kiir, le président de ce pays et son ancien vice-président, Riek Machar.

Il s’agit du plus grand exode des conflits en Afrique centrale depuis le génocide rwandais de 1994. Le caractère de plus en plus ethnique de la violence a conduit l’ONU à avertir le mois dernier du risque de génocide.

Machar et plus de 750 partisans ont fui vers la RDC en août après de violents combats dans la capitale du Sud-Soudan, Juba. Ils ont été évacués par la MONUSCO vers le Nord-Kivu pour recevoir des soins médicaux. La plupart d’entre eux restent toujours sur les bases onusiennes.

L’afflux de combattants rebelles de pays voisins est un thème sensible dans cette région du pays, où le flux de miliciens hutus du Rwanda a aidé à déclencher des années de conflit régional.