PUBLICITÉ

Ville morte: début de journée anormalement calme à Kinshasa

Il 8h45 à l’Université de Kinshasa, les bus Transco, le transport urbain de la ville, font la queue, dans l’attente des passagers qui se font rares. « Un fait inhabituel », constate Jean-Hilaire Shotsha, le correspondant de Politico.cd sur place. La première université de la République démocratique du Congo, qui accueille plus de 20.000 étudiants chaque année est elle aussi calme. « Le mot d’ordre » de Tshisekedi semble avoir été suivie, fait remarquer un étudiant qui arrive sur le lieu.

Un peu plus loin, au « Trafic », point d’accès à l’université gardé par des éléments de la police, un homme en uniforme nuance. « Je crois que les gens ont simplement peur de sortir, on ne sait pas comment sera la situation (…) mais il est encore trop tôt pour dire si la marche a été suivie ou non« , explique-t-il.

- Publicité-

En effet, l’opposition congolaise a orchestré une véritable campagne de communication pour « la réussite » de cette ville morte. Le Rassemblement a lancé, depuis samedi 15 octobre, son appelle au peuple congolais « à observer une journée ville morte » le 19 octobre pour pousser le président Joseph Kabila à partir à la fin de son mandat le 20 décembre.

« Papa, Maman, Chauffeur, Prêtre… restez à la maison« , tel est le message diffusé sur les réseaux sociaux par des ténors de l’opposition.

Le 4 octobre déjà,  Etienne Tshisekedi avait promis d’organiser de nouvelles manifestations le 19 octobre pour rappeler au président Joseph Kabila que « son préavis court encore pendant deux mois« , et lui signifier que « le 19 décembre ce sera le carton rouge synonyme d’exclusion ».

A Limete, au centre-ville de Kinshasa, les rues sont anormalement vides, à 09h13 (heure locale). « Tshisekedi nous a tué », s’écrie un chauffeur de taxi qui peine à remplir son véhicule. Un peu plus loin, à 10m, une présence policière « impressionnante » cristallisait les attentions des moto-taximen. Armées des matériels anti-émeutes, ces éléments de la Police Nationale Congolaises campent sur les points « stratégiques », le long du Boulevard Lumumba, reliant l’aéroport internationale de N’djili (à l’Est de la ville) et le centre des affaires (à l’Ouest).

Le Boulevard est lui, à l’image de cette matinée timorée et anormalement calme.  Restez sur Politico.cd pou suivre la situation.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU