Evariste Boshab en visite à Kasumbalesa

0
930

Evariste Boshab est arrivé avec une forte délégation gouvernementale,  accompagnée par Jean Claude Kazembe, gouverneur du Haut Katanga et plusieurs partisans du parti au pouvoir (le PPRD).

Située à  96 km de Lubumbashi, la ville de Kasumbalesa,  poste frontière entre la RDC et la Zambie, a connue une journée mouvementée le vendredi 10 septembre où les affrontements entre la police et des manifestants ont fait plusieurs dégâts matériels et même quatre morts, selon la société civile.

evaristeboshab

Une information qu’a réfuté Lambert Mende, le Porte-parole du gouvernement sur Politico.cd.

« Des bandits ont braqué un cambiste +agent de change+ et la police est intervenue (…) dire qu’il y a plusieurs morts c’est exagéré, je ne suis pas au courant d’une telle information« , a déclaré Lambert Mende, joint au téléphone par Politico.cd.

Le gouverneur du Haut Katanga,  Jean Claude Kazembe qui s’est rendu sur place pour « calmer la situation » affirme pour sa part n’avoir « pas vu de victime ».

« Non, je n’ai pas vu de mort. J’ai vu un blessé, et on m’a dit qu’avant mon arrivée, il y avait encore un autre blessé« , a déclaré M. Kazembe sur TOP Congo.

Pour lui, ces incidents ont fait suite à la mort d’un homme dans la nuit du 08 septembre 2016, de suite d’une « balle perdue » dans un échange de tirs entre la police et des « bandits ».

« Hier la nuit (NDLR: 08 septembre), la patrouille mixte Police et FARDC (l’armée congolaise) a commencé à pourchasser un groupe de bandits, et il y a eu échange de belles (…) une balle perdue est allée toucher un compatriote qui était à un deuil (…) le matin la population s’est soulevée« , a-t-il expliqué.

Ville vitale pour la RDC, Kasumbalesa est la première porte de sortie de la production minière des pronvinces issues de l’ex-Katanga (province enclavée du Sud-Est du pays), indispensable aux recettes de l’Etat. 

A la suite des incidents de ce matin, la Zambie a annoncé la ferme sa frontière avec la RDC.

Sur place, le ministre Boshab affirme être en « mission de retour de paix ».