L’Union des républicains réagit aux propos du Porte-parole du gouvernement, Lambert Mende lors de son point de presse du 18 août dernier, concernant l’enlèvement de Norbert Luyeye, président national de l’UR.

UR rejette la thèse de la flagrance retenue a charge de Norbert Luyeye selon les déclarations de Lambert Mende, lesquelles faisant état d’une préparation à “l’incitation des militaires à déstabiliser les institutions étatiques“. Pour ce mouvement  politique, il y aurait flagrance “si leur Président avait été trouvé saisi d’effets prouvant qu’il en est l’auteur ou complice“.

En ce qui concerne le processus électoral, UR déclaré que “dépasser la date du 06 sept 2016, la RDC tombera dans un vide juridique“.

On outre, l’UR constate la “violation de l’article 23 de la constitution relatif au droit de la liberté d’expression et d’opinion ainsi que l’article 18 de la constitution; que la seule opinion de Norbert luyeye invitant la population d’observer le délai constitutionnel ne peut pas être traduit a une tentative d’un coup d’etat et aussi sa detention violerait l’esprit et la lettre de l’article 17 de la constitution“.

A l’UR de conclure que “la date du 06 sept marque la fin du mandat de toutes les institutions, laquelle n’est pas négociable et n’a pas besoin d’un support juridique et appelle à la communauté internationale et aux organisations tant nationales qu’international es de défense de droit de l’homme d’exercer des pressions dans le but d’obtenir la relaxation de Norbert luyeye qu’il considéré désormais comme détenu politique et d’opinion.”

1 comment

  1. Ndeko Lisanga faire attention avec des infiltres derriere toi,il faut aussi dire qu’a cette date la si jamais le scrutin presidentiel n’est pas convoque plus tard 19 septembre 2016,Joseph Kabila est poursuivable de la haute trahison par les instances judiciaries sur plainte d’une franche des congolais par simple signature au bas de la petition.

Comments are closed.