Le conseil des prévenus a estimé que la fuite des prévenus n’est pas à craindre et pourront se présenter dans les prochains audiances, au cas où l’administration pénitentiaire l’estimait ultime.

Les trois prévenus sont en détention depuis plus de 6 mois. Il leur est reproché notamment d’avoir d’avoir activement pris part dans l’organisation de la journée ville morte du 16 février 2016, qui consistait à demander la population Congolaise d’observer une grève générale pour exiger le respect de la constitution, la convocation du corps électoral dans le délai et saluer la mémoire des victimes de la marche des chrétiens du 16 février 1992 qui exigeait la réouverture de la Conférence Nationale pour la démonstration de la RDC.