RDC: Le ministre de l’EPST, Willy Bakonga, accusé d’abus pour avoir limogé une dizaine d’agents d’EDUC TV

- Publicité-

Le Ministre d’État, Ministre de l’EPST, Willy Bakonga est accusé d’abus pour le limogeage des dizaines d’agents d’EDUCTV. Ces derniers ont été remplacé par des nouvelles recrues (NU) nommés directement au grade de directeur dans un service public.

Leur cabinet d’avocat a saisi le président Félix Tshisekedi dans un mémorandum où il relate les actes d’abus du Ministre d’État, Ministre de l’EPST.

Dans ce mémorandum, Maitre Kikwa Kala Reagan affirme que le ministre de l’EPST s’est comporté d’une manière qui empiète sur les droits reconnus à ces clients dont Mfisi Luzu Dieudonné, Shungu Djongelo Guy, Selemani Elongo Christian et Badisa Ilenda Floris, tous agents de carrière de l’État, limogés au sein de la chaîne de télévision thématique de l’éducation du Ministère de l’EPST, EDUC TV, alors qu’ils ne faisaient l’objet d’aucune action disciplinaire ou d’un soupçon grave dans leur conduite professionnelle.

L’avocat conseil s’est aussi plaint du fait que ces agents de carrière des services publics ont été remplacé par des NU au grade de directeur dans un service public qui existe déjà.

Les membres du comité de gestion ont été surpris d’apprendre qu’ils ont été limogés par un arrêté dont l’exécution n’a pas été publié dans le journal officiel pour être opposable à tous et ne le sera que le 30 décembre 2019 au delà des heures de services. Les intéressés ne seront notifiés ni informés sur la remise et reprise qui intervient à leur insu.

« Sans comprendre le mobile qui le pousse à agir de la sorte, le ministre d’État a, d’autorité ordonné au Directeur national de la SECOPE d’élaguer les noms de mes clients dans le listing de paie du mois de janvier en cours, » peut on dans le mémorandum.

Me Kikwa Kasala informe le président de la République que cet arrêté a été pris en violation de l’instruction du chef de l’Etat interdisant tout mouvement du personnel dans l’administration publique et des services publics sur l’ensemble du territoire.

« Pis encore, il a agi avant la signature de l’ordonnance présidentielle fixant les attributions des Ministères, » ajoute le mémorandum.

Pour l’avocat conseil de ces agents limogés, il s’agit purement et simplement d’une rébellion, mais fait penser au clientélisme et au népotisme.

Ainsi, il demande la réhabilitation de ces agents dans leurs droits.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU

notre sélection