Les chefs de l’agence nationale de renseignements, ANR, licenciés doivent faire face à la justice a indiqué l’ONG américaine Human Rights Watch dans un communiqué publié ce week-end.

Les autorités de la République démocratique du Congo devraient ouvrir une enquête sur deux responsables des services de renseignements récemment licenciés pour violations graves des droits de l’homme précise ce communiqué reçu par POLITICO.CD.

En mars 2019, le président Félix Tshisekedi a démis Kalev Mutondo de ses fonctions de directeur de l’Agence nationale de renseignements (ANR) et de Roger Kibelisa de son département de la sécurité intérieure rappelle Human Rights Watch.

Sous la direction de Mutondo et de Kibelisa, l’agence nationale de renseignements a été un instrument de répression politique contre les dirigeants de l’opposition, les défenseurs des droits de l’homme et les défenseurs de la démocratie pendant la crise politique prolongée du pays. “On ne sait pas si un nouveau poste sera proposé à Mutondo” se questionne HRW.

“L’élimination de Mutondo et de Kibelisa par le président Tshisekedi pourrait s’avérer un pas important dans la lutte contre les abus systématiques commis par les services de renseignement congolais”, a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch repris par le communiqué.

“Mais au lieu de donner aux hommes de nouveaux postes, la nouvelle administration devrait enquêter sur leurs actions passées et les traduire en justice de manière appropriée.”

Mutondo était l’un des principaux artisans de la volonté du gouvernement de réprimer la dissension politique, le président d’alors, Joseph Kabila, étant resté au pouvoir au-delà de la fin de son mandat de deux mandats mandaté par la Constitution en décembre 2016.

Human Rights Watch dit avoir interrogé plus d’une douzaine de responsables gouvernementaux dont la coalition de Kabila et les officiers des forces de sécurité qui ont déclaré que Mutondo avait joué un rôle central dans la répression du gouvernement contre les jeunes militants et leaders de l’opposition et ses partisans de la démocratie, ainsi que dans l’orchestration de la violence dans tout le pays, y compris dans la région agitée du Kasaï central.

L’agence nationale de renseignement a maintenu nombre de personnes arrêtées au secret pendant des semaines ou des mois, sans inculpation ni accès à leurs familles ni à leurs avocats. Certains ont été jugés sur des accusations fabriquées. Mutondo aurait également joué un rôle en intimidant les juges et en prononçant des verdicts poursuit le communiqué de presse.

Human Rights Watch rapporte que les services de renseignements nationaux ont maltraité ou torturé certaines des personnes arrêtées dans le cadre de la répression, notamment à l’aide de décharges électriques et d’une forme de quasi-noyade. Les agents des services de renseignement placés sous le commandement de Mutondo ont également intimidé, menacé et harcelé à plusieurs reprises des militants, des journalistes et des dirigeants ou des sympathisants de l’opposition, apparemment dans le cadre d’une campagne plus vaste visant à répandre la peur et à réduire leur travail avant les élections nationales de décembre 2018. “Mutondo aurait également été impliqué dans le recrutement de jeunes du parti au pouvoir pour infiltrer les manifestations de l’opposition et répandre la violence et le chaos”.

Roger Kibelisa a également joué un rôle crucial dans la répression contre les militants et l’opposition sous l’administration Kabila. Le bureau de Kibelisa était situé dans un bâtiment de l’ANR à Kinshasa, connu comme le centre de détention «3Z». De 2015 à 2018, de nombreux prisonniers politiques et militants ont été détenus dans des conditions inhumaines et souvent maltraités ou torturés. Les familles de détenus, d’avocats et de défenseurs des droits de l’homme se voyaient régulièrement interdire l’accès au centre 3Z sous la surveillance de Kibelisa fait savoir le contenu partagé par cette organisation.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD