Lewis Mudge, directeur régional de l’ONG américaine Human Rights Watch a à travers une série de tweets appelé l’administration de Felix Tshisekedi à donner aux familles des victimes les réponses et la justice qu’elles méritent.

“Les autorités doivent exhumer les morts à Maluku et traduire en justice les responsables d’exécutions sommaires et de disparitions forcées” écrit ce chercheur ayant pris la direction de cette organisation après l’expulsion en RDC de Ida Sawyer.

Il y a quatre ans, dans la nuit du 18 au 19 mars 2015, les forces de sécurité ont secrètement creusé une fosse commune à Maluku, près de la capitale Kinshasa, et ont jeté plusieurs centaines de corps à l’intérieur raconte le récit du tread Twitter de Lewis Mudge.

“Les habitants ont signalé la puanteur des cadavres et des soldats qu’ils avaient vus la nuit. Des responsables ont rapidement reconnu publiquement que 421 corps avaient bien été enterrés, mais ont déclaré que ces corps incluaient des proches de familles pauvres, des corps non identifiés et des bébés mort-nés”.

Selon ce responsable de cette organisation internationale de défense des droits de l’homme, les responsables de la Croix-Rouge locale et des employés des hôpitaux et des morgues de Kinshasa avaient vivement contesté l’affirmation selon laquelle des mort-nés étaient enterrés dans ces fosses communes.

“De nombreux habitants de Kinshasa ont été scandalisés et les membres du parlement ont demandé des réponses sur la fosse commune de Maluku” rappelle Lewis.

“Nombreuses familles de victimes qui ont été sommairement exécutées ou qui ont disparu de force par les forces de sécurité lors des manifestations de janvier 2015 et de «Operation Likofi» soupçonnaient que leurs proches étaient parmi ceux qui ont été enterrés à Maluku” explique la série de tweets.

Le regretté Etienne Tshisekedi a ensuite déclaré: “Il ne fait aucun doute que les corps enterrés dans le secret [à Maluku] ne peuvent être que des victimes des escadrons de la mort, utilisés et envoyés pour tuer, comme toujours, tous ceux qui s’opposent” au pouvoir rapporte la tread.

Dans une déclaration de l’UDPS, E. Tshisekedi a appelé à “une commission d’enquête internationale, indépendante et crédible, chargée de faire la lumière sur cette affaire d’État macabre et authentique” conclut Lewis Mudge.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD