L’ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale, CPI, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité après près d’une décennie en détention, demande plus de 68 millions d’euros de dédommagement, a annoncé lundi son avocat a appris POLITICO.CD de la Deutsche Welle, l’organe officiel de radio-télé diffusion Allemand.

“Le but de cette demande est de tenter de réparer une partie des dommages causés à l’homme et à sa famille par son arrestation, sa détention et les actes accessoires de la cour et de certains États parties”, a souligné Peter Haynes dans un document transmis à la CPI.

“Un homme innocent a perdu 10 ans de sa vie. Bien entendu, la chambre ne peut pas revenir en arrière et lui rendre ces années. Le seul remède qu’elle puisse fournir est une réparation financière”, a ajouté Peter Haynes, avocat de Jean-Pierre Bemba.

Revenu en République Démocratique du Congo après son acquittement par la cour pénale internationale, Jean-Pierre Bemba avait tenté en vain de concourir à la dernière présidentielle. Sa candidature invalidée par la commission électorale nationale indépendante et rejetée par la cour constitutionnelle, il a soutenu celle de Martin Fayulu, plébiscité candidat commun par les leaders de la coalition Lamuka.

Parti à Bruxelles en Belgique, Jean-Pierre Bemba doit prendre part à la réunion d’évaluation que compte tenir les leaders de la coalition Lamuka entre le 20 et le 22 mars prochain en vue de fixer les nouvelles lignes de conduite de cette plateforme politique.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD