Dans une interview à la presse belge, Félix Tshisekedi affirme que les machines à voter, tant décriées par sa formation et celles des autres opposants, ont finalement fait leurs preuves.  « Certes, il y a eu des incidents, des temps d’attente, mais globalement cela s’est bien passé. Mon verdict, c’est un satisfecit… Et la machine, tant décriée, a finalement fait ses preuves. Je crois même qu’à l’avenir, on pourra maintenir ce système… », note-t-il au journal LE SOIR.

L’UDPS pour la démocratie et le progrès social (UDPS), principal parti d’opposition dirigé par Félix Tshisekedi, s’était farouchement opposée à ces machines avant d’accepter finalement, contre l’avis des autres opposants, leur usage à ces élections.

Pour autant, dans un long communiqué publié ce jeudi 3 décembre, les Etats-Unis ont noté plusieurs anomalies durant ces élections.  Se disant profondément préoccupés par la décision de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de refuser l’accréditation de plusieurs observateurs internationaux des élections et de représentants des médias, les Etats-Unis affirment avoir noté “la confusion qui régnait le jour du scrutin sur l’emplacement des bureaux de vote, l’affichage des listes électorales, la remise tardive de certains documents électoraux et la décision malheureuse de la CENI d’annuler les élections à Beni et Butembo, dans l’est de la RDC.