Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min

Didier Reynders interpellé au parlement belge sur les entraves à la campagne de Fayulu

C’est le député fédéral Georges Dallemagne qui a pris l’initiative d’interroger le ministre des affaires étrangères belge Didier Reynders sur ce que pense faire la Belgique par rapport à l’évolution dégradante du processus électoral en RDC.

« La situation politique en Belgique tendrait presqu’à nous faire oublier que la situation au Congo dégénère complètement. Il y a encore eu cette nuit l’incendie des dépôts de la CENI à Kinshasa où il y avait de machine à voter et le régime Kabila accuse sans aucune preuve et de manière totalement farfelue le candidats de l’opposition d’être derrière cet incendie« , a-t-il fait observer.

Par ailleurs, «  le régime fait ce qu’il fait à chaque fois : il tire, il blesse, il réprime notamment le candidat Martin Fayulu. Le risque est grand que la situation dégénère en République démocratique du Congo. Alors je vous demande monsieur le ministre, Quel est l’etat des discussions avec vos collègues européens sur la situation au Congo ; quel est également l’etat du soutien que nous pouvons apporter à la population congolaise, au processus électoral ; et quelles sont les discussions qui peuvent avoir lieu au conseil de sécurité par rapport à la situation en République démocratique du Congo ?« , a questionné l’élu Belge Dallemagne.

Répondant à cette interrogation, le ministre des affaires étrangères Didier Reynders s’est dit préoccupé par « le durcissement des conditions de campagne en RDC. Il y a eu des incidents sérieux à Lubumbashi lors du passage du candidat à la présidentielle de la coalition Lamuka Martin Fayulu. Dans ce climat rendu, la Monusco doit contribuer non seulement à faire la lumière sur les incidents mais de tenter à protéger la population et de protéger le processus électoral en lui-même. C’est pourquoi à l’instar de la Représente spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC, Leilla Zerrougui, j’ai appelé et j’appelle solennellement à respecter les droits de tous les candidats et de leurs militants, et à respecter les obligations internationales relatives aux droits humains dans le cadre de cette campagne« .

Didier Reynders s’est par ailleurs dit heureux de voir qu’un grand nombre de candidats engagés dans la course a la présidentielle du 23 décembre aient appelé au calme en espérant qu’on puisse « avoir une attente sur les modalités du processus électoral pour le 23 décembre ».

Depuis le début de la campagne, le candidat président de la coalition Lamuka est victime de plusieurs entraves dans le déroulement de sa campagne, des refus de décollage de son avion s’accumulent. Et des troubles survenus à Lubumbashi ont entaché le processus électoral en cours dans son caractère pacifique, libre.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...