Pour Alain-Daniel Shekomba, l’opposition Congolaise joue le jeu des puissances étrangères pour affaiblir la RDC

Alors que 124 jours séparent le peuple Congolais de la date décisive du 23 décembre prochain, une franche de l’opposition et de mouvements citoyens continuent d’appeler à la transition sans l’actuel président Congolais. “Cette transition permettrait de réunir toutes les conditions pour des élections transparentes et inclusives” soutiennent les membres de ce groupe.

Pour Alain-Daniel Shekomba, ancien président du comité estudiantin à l’université de Kinshasa, puis directeur de plusieurs entreprises de télécommunications en Afrique et actuellement candidat aux élections présidentielles prochaines, aucune raison n’est fondée pour évoquer une transition en RDC. “À mon sens il n’y a des raisons d’avoir une transition. Une transition pourquoi faire alors que nous sommes à 3 mois des élections ?” s’interroge Alain-Daniel Shekomba.

Les seules questions à régler aujourd’hui restent la crédibilité des élections.

“Pour cela il faut encore des envoyés spéciaux ou des accords voire une transition? ” poursuit-il en fustigeant l’envie par l’opposition Congolaise d’affaiblir le pouvoir du peuple et de servir les intérêts étrangers qui souhaitent voir la RDC continuer à sombrer.

“Nous tous acteurs politiques congolais devons savoir que personne d’autre ne peut se préoccuper du Congo comme nous-mêmes. Malgré l’existence des divergences dans la façon de gouverner, on ira pas jusqu’à priver le peuple de son droit d’élire juste pour satisfaire les puissances régionales qui veulent avoir une RDC faible comme voisin” interpelle-t-il.

S’attaquant à recentre sortie médiatique du mouvement citoyen Lutte pour le changement, LUCHA, appelant aux manifestations contre la machine à voter, Alain-Daniel Shekomba pense que cette prise de position est partisane et n’a rien d’objectif. “Sur quoi ils basent leurs arguments pour passer à l’action? Ils vont tous nous rendre service s’ls peuvent donner les éléments techniques crédibles qui décrédibilisent l’utilisation de la machine à voter” lance-t-il ce défis.

“Je vais continuer à soutenir le processus électoral actuel car les accords et une quelconque transition de plus sont non démocratiques et constituent des anti-valeurs” conclut-il.

 

Fiston Mahamba
1 commentaire
  1. Bande de malhonnêtes, tu es garant d’assumer de ce qui va se passer au cas où tout se passe mal? tu e pressé et nous le savons que tu ne feras même pas 1%. tu rêves! De quel indépendant tu es ?Si tu ne es pas avec l’opposition dans l’effort qu’ils sont en train de mener alors ferme ta gueule.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

“Il y a eu un deal entre les autortiés et Clément Kanku”, affirme un proche du Pouvoir!

Un député congolais membre de la coalition des partis au pouvoir a révélé à POLITICO.CD l’existence d’un “deal” entre “les autorités” et l’ancien ministre Clément Kanku pour “tenir l’affaire sous scellée”