“Sans un candidat commun, l’opposition peut perdre la présidentielle”: Jean-Pierre Bemba

“Il est bon que tous ceux qui le veulent déposent leur candidature. Après, il serait bon d’avoir une grande discussion avec l’ensemble des candidats” a déclaré Jean-Pierre Bemba, annonçant également qu’à partir de jeudi, jour prévu pour le dépôt de sa candidature, il compte rencontrer les principaux responsables de l’opposition pour discuter d’abord des principes. “Celui de l’alternance, par exemple. Avec un scrutin à un seul tour, on n’a pas le choix : il faut désigner un candidat de l’opposition accepté par tout le monde” plaide-t-il ajoutant que ce candidat doit être celui qui aura le plus de chance de remporter l’élection.

Commentant la compétitivité entre les différents candidats à la présidentielle dans l’opposition, l’ancien leader du mouvement rebelle MLC, qui a adhéré à la lutte politique depuis 2003, que la force de l’opposition reposera sur l’union. “Je ne les vois pas comme des challengers… Je souhaite surtout que l’opposition puisse présenter un candidat qui va gagner et qui va permettre que ce pays change de gestion et de gouvernance. Dans l’immédiat, c’est ce qu’il y a de plus important”.

Tout en appelant à la candidature unique, Jean-Pierre Bemba estime qu’il faut que cette démarche débouche autour d’une personnalité capable de fédérer toute l’opposition, dont lui-même. “C’est pour cela que je vais voir les uns et les autres. Ce sera ma deuxième campagne. J’ai déjà de l’expérience… On commencera à discuter une fois que toutes les candidatures auront été déposées”.

Jean-Pierre Bemba a profité de son entretien avec ce média belge pour passer son message au peule Congolais, fustigeant des manœuvres qui tendent à exclure des candidats à la présidentielle. “C’est de l’avenir de la population qu’il s’agit. Ce n’est pas absolument Bemba qui doit être président” prévient-il.  “J’entends la misère du peuple et je sais que j’ai la capacité de pouvoir changer ça. C’est ça qui me motive. Sinon, je pourrais très bien rester dans ma villa à Bruxelles ou dans le sud du Portugal. Ma détermination est intacte. Pour ça, il faut passer par les élections et par le soutien du peuple” a détaillé l’opposant avant de conclure qu’il va bientôt dévoilé son nouveau slogan.
Fiston Mahamba
1 commentaire
  1. Parfois il faut une grande maturité pour comprendre la portée de certains mots utilisés par le président Bemba. Il est claire qu’en ce moment la classe politique congolaise tout entière est agitée par le processus électorale. certains se pressent et tentent de jouer leur dernière carte, je suggère à l’opposition de faire front commun, la soif du pouvoir risque de mener tous ceux qui soutiennent l’opposition démocratique depuis des temps immémoriaux à douter de la bonne fois de cette dernière. nous nous sommes battu pour le changement, il est temps pour vous, opposant, d’être correcte et franc. le congo est trop vaste, une popularité à kin ou dans votre province d’origine ne doit pas vous emballer ou emballer l’opposition tout entière jusqu’à croire que n’importe qui, qui se présenterai au nom de l’opposition pourrait briguer la magistrature suprême.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

“Il y a eu un deal entre les autortiés et Clément Kanku”, affirme un proche du Pouvoir!

Un député congolais membre de la coalition des partis au pouvoir a révélé à POLITICO.CD l’existence d’un “deal” entre “les autorités” et l’ancien ministre Clément Kanku pour “tenir l’affaire sous scellée”