L‘UDPS ne rêve pas d’une candidature commune de l’opposition. C’est en tout cas ce qu’il faut retenir de l’intervention de son président Félix Tshisekedi à Jeune Afrique. Pour lui, il n’y a pas nécessité d’une telle coalition. “Quel que soit le candidat du pouvoir, il n’aura aucune chance“, insiste-t-il.

Plus loin, Félix Tshisekedi en profite pour lancer un pique à Moïse Katumbi et Vital Kamerhe, deux autres challengers au sein de l’opposition, mais qui ont tour à tour été aux côtés du président Joseph Kabila jadis.

(…) sans faire injure aux autres candidats de l’opposition, nous [l’UDPS] sommes les mieux placés, car nous sommes les seuls à ne pouvoir être associés, de quelque manière que ce soit, à ce pouvoir“, lance-t-il dans cette interview.

Le 6 avril dernier, le leader de l’UDPS était un peu plus clair. “Je connais mes compatriotes. Je sais de quel coté est leur volonté et croyez-moi, ils ne vont sûrement pas voter pour un Kabiliste“, avait-il confié à la radio allemande Deutsche Welle.