La grogne monte chez les évêques de la CENCO au sujet du blocage persistent  

Près de quatre mois avoir initié des consultations auprès de la classe politique sur demande du président Joseph Kabila, à l’issue du Dialogue politique de la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) semblent finalement s’essouffler.

Si l’accord trouvé le 31 décembre dernier laissait entrevoir une porte de sortie dans la crise qui touche la République démocratique du Congo, les discussions qui traînent en longueur autour de l’arrangement particulier pour son application exacerbent les catholiques.  Officiellement, une “formation” est annonce le lundi 20 janvier à Kinshasa pour l’évaluation de cette médiation. Les évêques devraient alors décider s’il faut continuer la médiation ou non.

Mercredi, les opposants endeuillés depuis la mort de leur leader Etienne Tshiskeedi à Bruxelles, ont affirmé avoir officiellement déposé le nom du candidat Premier ministre à la CENCO, demandant “48 heures” concernant la désignation de leur président, qui devrait remplacer M. Tshisekedi à la tête du Comité national de suivi de l’accord (CNSA), deux dossiers majeurs du blocage. Néanmoins, dans une conférence de presse tenue cet après-midi à Kinshasa, la Majorité Présidentielle a remis une couche, demandant aux opposants de présenter leurs candidats à la Primature. “La Majorité attend la liste des candidats premier ministre et la désignation du président du conseil des sages accepté par consensus“, a dit André-Alain Atundu, Porte-parole de la coalition des partis au pouvoir, assis aux côté d’Adolphe Lumanu.

Cette situation de blocage, à laquelle est venue s’ajouter les difficultés qu’éprouvent les catholiques pour obtenir un rendez-vous auprès du président Joseph Kabila auraient largement joué à la CENCO où des langues se délient pour exprimer le malaise. Une source proche de cette organisation catholique a même confié son inquiétude à POLITICO.CD.

Cela fait plusieurs semaines que nous avons demandé une audience auprès du Chef de l’Etat mais aucun rendez-vous n’est jusqu’alors organisé”, affirme ce haut responsable de la CENCO qui a requis l’anonymat.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui fait la médiation autour des discussions pour l’application de l’accord signe le 31 décembre dernier, a pour sa part annoncé ce vendredi avoir de nouveau demandé une nouvelle audience au  président Joseph Kabila concernant la situation de blocage actuel. La Majorité Présidentielle a en effet réitéré sa décision de voir le Rassemblement présenter trois noms de candidats Premier ministre, alors que les opposants exigent toujours un seul nom.

Ce n’est pas la première fois que les évêques rencontrent des difficultés à s’entretenir avec le président Kabila. Alors que ces derniers n’avaient pas pu obtenir la signature de l’arrangement particulier, prévue le 28 janvier, après près d’un mois des discussions entre la Majorité et l’Opposition, ils ont tenté en vain d’en recourir au Chef de l’Etat congolais. Leur initiative n’a pas pu recevoir un écho favorable de la part de la présidence de la République. Selon Jeune Afrique, la présidence a opposé une fin de non recevoir à cette initiative. « Le chef de l’État travaille sur le dossier de la sécurisation de l’Est », indique un proche de Joseph Kabila qui a requis l’anonymat cité par le magazine panafricain.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

A Genève, Martin Fayulu “m’a demandé de lui garantir le poste de Premier ministre”

Nouvelle révélation autour du fiasco de Genève. Félix Tshisekedi, dans une interview à Jeune Afrique, affirme que Martin Fayulu lui avait demandé de lui “garantir le poste de Premier ministre” une fois qu’il aurait voté pour lui. 

A Kindu, Olive Lembe appelle à ne pas voter pour “ceux qui ont épousé des étrangères”

La campagne électorale devient rude en République démocratique du Congo. Du côté du pouvoir, la Première dame Olive Lembe Kabila est entrée en scène cette semaine. 

Jean-Pierre Kambila: “la RDC est un pays majoritairement chrétien, un homo ne peut diriger notre pays”

Officiellement clôturée, la campagne électorale en République démocratique du Congo continue sur les réseaux sociaux en attendant les élections du 30 décembre prochain. Ce dimanche, elle vire à une séance de propos homophobes.

Un problème de logement pour le président Félix Tshisekedi

Le nouveau président de la République démocratique du Congo a passé la nuit dans un hôtel à Kinshasa, dans l’attente de l’aménagement d’une résidentielle officielle.