Carbone Beni: «j’ai le regret de voir Joseph Kabila au pouvoir après le 19 décembre 2016»

Selon Carbone Beni, les “sévices” ont commencé peu de temps après son arrestation et son acheminement vers le camp militaire Tshatshi jusqu’aux installations de l’ANR. Arrêté le 13 décembre 2016 avec 5 autres militants dont 4 membres du mouvement citoyen Compte à rebours, M. Beni dit ne pas comprendre les raisons de sa libération “en solo” ce, après avoir comparu à plusieurs reprises devant les Opj sur des questions de déstabilisation du pays et les partenaires financiers de FILIMBI.

Carbone BENI relate avoir connu, pour la première de fois de sa vie, un bain après 14 jours qui ont suivi son “enlèvement” devant le Centre interdiocésain à Kinshasa, où se tiennent les discussions entre les acteurs politiques congolais sous l’égide de la CENCO. “Toutes sortes de tortures et des conditions inhumaines font partie du traitement cruel qui m’a été administré dans la geôle de services de sécurité“, a-t-il affirmé.

Au sujet de l’accord signé le 31 décembre 2016, le chargé de mobilisation de Filimbi dit trouver en l’accord le moindre mal dans la crise politique congolaise, sauf, dit-il, qu’il ne respecte pas l’intégralité de la constitution. “Moi, j’ai le regret de voir Joseph Kabila continuer à diriger le pays après le 19 décembre 2016”, a-t-il confié.

Il invite les citoyens congolais à “multiplier la vigilance” vis-à-vis de la classe politique (opposition-Majorité) et de rester souder autour des actions du respect de la loi fondamentale. «À notre avis l’accord de la CENCO n’a pas réussi à chasser les velléités de la violation de la constitution» a martelé ce membre de mouvement citoyen Filimbi.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

A Genève, Martin Fayulu “m’a demandé de lui garantir le poste de Premier ministre”

Nouvelle révélation autour du fiasco de Genève. Félix Tshisekedi, dans une interview à Jeune Afrique, affirme que Martin Fayulu lui avait demandé de lui “garantir le poste de Premier ministre” une fois qu’il aurait voté pour lui. 

A Kindu, Olive Lembe appelle à ne pas voter pour “ceux qui ont épousé des étrangères”

La campagne électorale devient rude en République démocratique du Congo. Du côté du pouvoir, la Première dame Olive Lembe Kabila est entrée en scène cette semaine. 

Jean-Pierre Kambila: “la RDC est un pays majoritairement chrétien, un homo ne peut diriger notre pays”

Officiellement clôturée, la campagne électorale en République démocratique du Congo continue sur les réseaux sociaux en attendant les élections du 30 décembre prochain. Ce dimanche, elle vire à une séance de propos homophobes.

Un problème de logement pour le président Félix Tshisekedi

Le nouveau président de la République démocratique du Congo a passé la nuit dans un hôtel à Kinshasa, dans l’attente de l’aménagement d’une résidentielle officielle.