Kengo Wadondo plaide pour le retour de Katumbi et sa participation au processus électoral

Il l’a dit ce lundi dans une interview avec nos confrères de la Radio France internationale.

Le président du sénat congolais dit souhaiter vivement la participation de tout le monde au processus électoral.

“Je suis pour que Moïse Katumbi rentre et se présente. On doit donner à tout le monde les memes cartes pour que l’on ne critique pas qu’on a exclu l’un ou l’autre” a t il déclaré ce lundi à RFI.

Pour Kengo Wadondo, exclure Moïse Katumbi c’est avoir peur que ce dernier puisse être élu.

Au sujet des poursuites judiciaires à l’encontre de Moïse Katumbi, Leon Kengo Wadondo parle “des faits politiques” et préconise que le concerné demande une amnistie du président de la république.

Sammy Mupfuni
1 commentaire
  1. L’affaire Moise est une crise artificielle tendant à hisser sa notorieté. Il n’est pas et ne sera jamais opposant. Il joue le jeu de la Kabilie dont il constitue le vrai Dauphin. Que les âmes faibles supportent cette réalité. Point barre. Qui vivra verra.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.