PUBLICITÉ

Beni : 40 civils tués depuis l’évasion de la prison de Kangbayi, le gouverneur se dit très préoccupé

Le gouvernement provincial du Nord-kivu dit être au regret de voir « se poursuivre le massacre des populations civiles en territoire et ville de Beni depuis plus de 5 ans.

Le dernier cas de cette série sombre remonte à la nuit du 30 au 31 octobre 2020 en localité Lisasa, groupement Buliki, secteur de Rwenzori, rappelle le gouvernement provincial du Nord-Kivu à travers un communiqué publié, ce lundi 2 octobre 2020, dont le contenu est parvenu à Politico.cd après une réunion restreinte de sécurité présidée par le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

Le bilan provisoire de cette attaque, poursuit le gouvernement, fait état de 21 « innoncents » tués, sans oublier les « compatriotes » portés disparus parmi lesquels les membres du personnel du centre de santé de Lisasa.

Ce chiffre ajouté aux 18 victimes dénombrés à Baeti, en groupement Batangi Mbao la nuit du 28 au 29 octobre 2020, ainsi qu’au 7 autres de l’incursion simultanée de la soirée du 21 octobre 2020 à Supa-Kalau en groupement Buliki, en secteur de Rwenzori et à Lyakobo, un des quartiers de la commune de Jeu, en ville de Béni.

« Ceci porte à plus de 40, le nombre d’âmes perdues depuis l’attaque de Kangbayi la nuit du 19 au 20 octobre 2020 à l’issue de laquelle 1 340 détenus se sont évadés », a dit Jean Bosco Sebishimbo, porte-parole du gouvernement provincial du Nord-Kivu.

Le gouvernement provincial du Nord-Kivu rassure sa population de la solidarité et adresse ses condoléances les plus attristées aux nombreux familles de personnes touchées par ces affres.

Par cette même occasion le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita réitère son engagement aux côtés de celui du pouvoir central de la RDC en vue d’un rétablissement définitif de la paix dans cette région particulière meurtrie.

Merveilles Kiro

- Publicité -

EN CONTINU