Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

lundi, juin 1, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min

Création de l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption : Félix Tshisekedi a-t-il violé la Constitution ?

Répondant au député national Delly Sessanga qui affirme que Félix Tshisekedi a violé la Constitution en créant l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption en s’appuyant sur les articles 19, 122, 149 et 150 de la constitution, Francis kalombo, un porte-parole du regroupement politique Ensemble pour le Changement et proche de Moïse Katumbi, réfute cette allégation.

Il va du postulat selon lequel le fondement de la création de cette agence est constitutionnel en se basant sur l’article 215 de la Constitution qui intègre, dans son arsenal juridique, les traités internationaux ratifiés et qui sont supérieurs aux lois internes.

« La RDC a ratifié la Convention africaine de prévention et de lutte contre la corruption par la loi numéro 16/029 du 08/11/2016. Cela fait partir désormais des lois du pays et, de ce fait, comble le vide de l’existence d’une loi qui énonce les principes fondamentaux de la création des services publics et autres comme le veut l’article 123 que Delly Sessanga a déclaré abusivement violé« , a-t-il argumenté.

Pour Francis Kalombo, la création d’un service, d’un établissement public et autres relève de la compétence de l’exécutif et ce, conformément à l’article 128 de la Constitution.

Dans son deuxième postulat, l’ancien député de la Funa affirme que l’Agence n’est pas un nouveau Parquet mais un service spécialisé à côté du pouvoir judiciaire, à l’instar de l’ANR, du CENAREF et autres qui, à leur niveau, peuvent mener des enquêtes et transmettre le dossier à qui de droit.

Les enquêteurs de cette Agence sont revêtus de facto du statut d’officiers de police judiciaire qui ménent, en amont, des enquêtes comme tel.

« Les articles 2.point 2, 3 alinéa 2 et 4 de l’ordonnance créant l’Agence disposent clairement que les dossiers seront transmis aux parquets en vue des poursuites devant les juridictions compétentes« , souligne Me Francis Kalombo.

Son troisième et dernier postulat est que l’Agence n’est pas une juridiction pour soustraire les citoyens de son juge naturel comme est le voeu de l’article 19 de la Constitution. Car, il reviendra au Parquet la transmission des dossiers selon les articles 2.point 2, 3 alinéa 2 et 4 de l’ordonnance et de saisir la juridiction compétente.

Le président Félix Tshisekedi a fait appel à l’avocat camerounais Akéré Muna pour appuyer cette agence de lutte contre la corruption.

Thierry Mfundu

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...