Les travaux de la rentrée politique du PPRD à Lubumbashi, chef lieu de la province du Haut Katanga ont pris fin ce jeudi 24 octobre 2019.

Dans son allocution de clôture, Emmanuel Ramazani Shadary a rappelé que le parti PPRD est devenu non seulement une machine électorale, mais aussi l’arène des débats démocratiques et un agent de socialisation tendant à discipliner nos cadres au travers les valeurs de notre idéologie qu’est la sociale démocratie.

Il a invité les mandataires, ministres, gouverneurs issus du parti, de se départir des antivaleurs notamment le détournement des derniers publics.
D’après lui, ce fléau commence à devenir comme un fait normal.

“Je vous rappelle que celui qui sera crédité d’avoir détourné même un million de francs Congolais, c’est un détournement. Et le même jour que le parti l’apprendra, il aura signé sa démission et sera sanctionné conformément aux résolutions de ces assises et par respect envers le peuple” a-t-il interpellé les participants dans un ton assez ferme.

Il leur a dit que le PPRD se veut un parti avant-gardiste dans la lutte contre les antivaleurs et leur a rappelé les souffrances quotidiennes du peuple.

” Rappelez vous des souffrances de tous les fonctionnaires de l’État, les sans emploi, les enseignants, les maman maraîchères et tant d’autres. Monsieur, vous qui détournez les derniers publics, avez vous fait la comparaison de votre salaire et avantages aux fonctionnaires ?” Le PPRD comme parti avant gardiste vous demande d’arrêter ce comportement qui frise du banditisme politique “a-t-il appuyé.

Pour Ramazani Shadary, le Congo émergent ne sera pas construit sous un régime décrété officiellement d’impunité.

“Le PPRD doit faire la différence pour atteindre ses objectifs et rester crédible devant l’opinion car nous voulons que dans la symbolique lorsqu’on voit des valeurs positives, il faut que l’opinion dise que c’est ça le PPRD” a souligné le Secrétaire permanent du PPRD.

Notons que durant 3 jours, les membres du bureau politique, du conseil national et de toutes les fédérations du pays ont participé à ce deux grandes journées de réflexion du parti dans les 7 commissions mises en place à savoir la commission communication dirigée par Kikaya Bin Karubi, la commission des finances dirigée par Marie Ange Lukiana, la commission du fonctionnement et redynamisation du parti dirigée par Evariste Boshab, la commission de l’idéologie et la formation dirigée par Leonard She okitundu, la commission des réformes dirigée par Henri Mova Sakanyi et la commission spéciale sur la rentrée politique prochaine du Président national pour jouer son rôle statutaire au sein du Pprd présidée par Néhémie Mwilanya.

Un rapport général des travaux et recommandations internes au parti a été lu par le professeur Émile Bongeli avant le discours de clôture du secrétaire Permanent.

Thierry Mfundu | POLITICO.CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *