André Kimbuta, Jean Lucien Bussa et José Endundu ont décidé de céder leurs sièges à leurs fils peut on lire dans le rapport de la commission spéciale mise en place par
l’Assemblée nationale relatif à la vérification des pouvoirs aux fins de valider les mandats des 15 premiers suppléants des députés ayant opté
pour des mandats incompatibles et ceux des
31 nouveaux députés proclamés définitivement par la Cour constitutionnelle.

Selon ce rapport, André Kimbuta, ancien gouverneur de la ville de Kinshasa, devenu sénateur, a
cédé son siège à son fils, Éric Kimbuta Motema. C’est aussi le cas du sénateur José Endundo Bononge qui a laissé son siège à son fils Serge Lomata.

Gaël Bussa remplace quand à lui son père; Jean-Lucien Bussa devenu sénateur puis nommé ministre du commerce extérieur dans le gouvernement Ilunga.

D’aucuns pensent que cette manière de procéder s’apparente à un hold up politique et des voix s’élèvent pour que les députés se saisissent de ce problème et exigent la modification de la loi électorale en interdisant aux candidats aux élections législatives d’inscrire dans leur dossier les suppléants avec qui ils
ont un lien de parenté.

Le précédent avec Ngoy Kasanji élu sénateur qui a placé sa fille dans l’assemblée provinciale et sa femme dans l’assemblée nationale avait déjà suscité une tôlée générale au sein de l’opinion.

Notons que la dite commission spéciale a également vérifié les mandats des 31 députés définitivement
proclamés par la Cour constitutionnelle dont Egwake, Lumeya, Kangudia, etc.

Par ailleurs, les 31 députés invalidés siégeant de force à l’Assemblée nationale, ont décidé de saisir les instances internationales pour faire valider leurs mandats.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *