A son 39e sommet ordinaire, la SADC a réitéré à nouveau son objectif d’antan, celui d’atteindre l’intégration de tout ses membres tant sur le plan économique qu’industriel, exprimé sous le thème : ” un environnement commercial propice au développement industriel inclusif et durable à l’accroissement du commerce intracommunautaire et à la création d’emplois “.

“Qu’il s’agisse de sa population, sa superficie, son écosystème, son sol et son sous-sol, son potentiel hydro-électrique et minier, la République Démocratique du Congo demeure un maillon important dans le développement de notre Sous-région“, a-t-il venté.

Le président de la RDC Félix Tshisekedi a pour sa par exhiber les ressources que dispose son pays, et qui le rend capable de permettre à cette organisation sous-régionale de vivre son rêve un jour.

Il y a bien plus : “ je voudrais également rappeler que le développement des ressources énergétiques, notamment l’électricité, est un atout majeur pour l’industrialisation de nos pays. A cet égard, la République Démocratique du Congo offre de nombreuses opportunités pour la SADC“, a renchéri Félix Tshisekedi.

Dans un langage sans équivoque, le cinquième président de la RDC a pensé a haute voix que “bien exploité, le potentiel de la République Démocratique du Congo pourrait satisfaire aux besoins de l’ensemble de la Sous-région, et au-delà, de l’Afrique toute entière“.

Puisqu’il y croit, lui déjà, s’“emploie à faire de l’intégration nationale une réalité par la mise en place d’infrastructures adéquates ayant pour vocation de s’interconnecter aux vastes programmes de la Sous-région”.

Avec un seul vœu, “de voir très rapidement toutes les populations de notre Sous-région circuler librement de l’océan Indien à l’océan Atlantique, de Dar Es Salaam à Lobito, de Mombassa à Banana, de Aru à Durban“.