Lors d’une interview accordée à la rédaction de POLITICO.CD ce lundi 12 août, Noël Tshiani Muadiamvita, président national du Force de Changement, candidat malheureux aux élections présidentielles de décembre 2018, a invité le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, d’inclure la société civile, les indépendants et d’autres partis de l’opposition pour la formation du gouvernement.

Pour le président national du Force du changement, ces consultations sont concentrées sur les cadres du FCC et du CACH or il y a une portion importante de la population qui n’est pas représentée. Sylvestre Ilunga devra élargir le champ de consultation.

“J’invite le premier ministre à élargir le champ de consultation et à donner au peuple congolais un gouvernement représentatif et non un gouvernement qui ressemble à un butin de guerre“, a t-il dit.

Pour lui, élargir ce champ des consultations va permettre au Congo de sortir des problèmes qui l’entourent.

En ce qui concerne les critères établis par le premier ministre, Noël Tshiani a salué cela car selon lui, ils sont objectifs et rationnels pour une meilleure sélection.

“Je pense que ces critères sont tout à fait objectif et rationnel. Il doit y avoir une base de sélection et c’est tout à fait normal qu’on élabore au préalable les critères auxquels les individus qui postulent puissent satisfaire afin d’être considérés elligibles à ces hautes fonctions“, souligne t-il.

Sagissant du critère sur la condamnation judiciaire, le candidat malheureux aux élections présidentielles de décembre 2018, a par ailleurs exhorté au chef du gouvernement d’élargir ce critère par rapport au degré de moralité car il y a ceux qui ne sont pas allés en prison mais qui sont connus notoirement des crises économiques, des violations massives des droits humains ou même des tueries.

Et les personnes qui ont bénéficié de la grâce présidentielle devront être elligibles pour pouvoir accéder au gouvernement.

Jeancy Ngampuru /POLITICO.CD