Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, mai 26, 2020
DRC
2,297
Personnes infectées
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
1,893
Personnes en soins
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
337
Personnes guéries
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
67
Personnes mortes
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min

« Le mandat d’arrêt contre Guidon Shimiray est important, mais il faut une analyse des réseaux de soutien politique et militaire de son groupe »: Judith Verweijen

La justice militaire congolaise du Nord-Kivu a émis un mandat d’arrêt contre Guidon Shimiray Mwissa. Radio France Internationale, RFI, s’est procuré le document daté du 7 juin 2019, dont le procureur militaire, le général Timothée Mukuntu, a confirmé l’authenticité.

« Participation à un mouvement insurrectionnel, crime de guerre par recrutement d’enfants et crime contre l’humanité par viol » sont les motifs qui figurent sur le mandat d’arrêt lancé contre Guidon Shimiray Mwissa par la justice militaire poursuit le médias du groupe France Médias Monde.

Ce mercredi 07 juillet, le chef rebelle sous mandant s’est affiché dans la localité de Pinga au Nord-Kivu avec au programme un meeting populaire pour s’exprimer devant la population locale sur les questions sécuritaires de la région et le mandat d’arrêt émis contre sa personne.

Traillie de l’armée Congolaise sur le corps, gardes aux uniformes officielles de la Garde républicaine, Guidon Shimiray Mwissa indique n’avoir de comptes à rendre à aucune autorité congolaise.

« Je n’ai aucun compte à rendre ni au gouvernement congolais, ni aux auditeurs des FARDC, ni à la communauté internationale. Et personne ne me fait peur » affirme Guidon Shimiray Mwissa dans son discours.

Le meeting du général autoproclamé Guidon Shimiray Mwissa est très suivi par les populations de Pinga, où il s’est récemment rendu célèbre dans ce qu’il qualifie de supplétifs aux troupes de l’armée Congolaise, presqu’absentes de la région a remarqué un correspondant de l’agence de presse Reuters, couvrant la cérémonie.

Plusieurs habitants de Pinga venus suivre le message du chef rebelle Guidon Shimiray.

© Jaffar AlKatany
Plusieurs habitants de Pinga venus suivre le message du chef rebelle Guidon Shimiray.
© Jaffar AlKatany

Ce rebelle, autoproclamé général, dit faire de la lutte contre les groupes armés étrangers (FDLR,…) et leurs alliés sa lutte quotidienne.

Pour Judith Verweijen, chercheuse internationale en militarisation à l’intersection de conflits, focalisée sur la RDC estime que seule l’émission d’un mandat d’arrêt contre ce chef rebelle ne suffit pas. Une enquête sur le réseau de ravitaillement de Guidon Shimiray Mwissa doit être diligentée recommande-t-elle.

« Le mandat d’arrêt est important. Mais qu’on analyse aussi les réseaux de soutien politique et militaire de son groupe. Ce n’est pas lui seul qui est responsable pour la violence exercée par son groupe, cette responsabilité est partagée par ses réseaux de soutien ».

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...