Le comité exécutif de l’UNAFEC réuni sous la direction de son président national, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, se dit ” ne pas être concerné ni de loin ni de prêt aux idéaux sécessionnistes et à la discrimination, car ayant décidé de travailler avec le Chef de l’État, Félix Tshisekdi Tshilombo “. Dans une déclaration faisant suite à la réunion extraordinaire en date du 21 juin 2019, cette position du parti a été réitéré.

 Au cours de cette déclaration politique lue par son porte-parole, Maître Sonvil Mukendi, le parti cher à Gabriel Kyungu, l’Union nationale des fédéralistes du congo, tape du point sur la table aux rumeurs circulant dans la ville d’une possible sécession katangaise.

Pronant l’unité, l’UNAFEC interdit tout esprit de ” discrimination “, (Ubaguzi) en swahili, et demande à quiconque, habitant dans le katanga, de se sentir chez lui. “C’est le message laissait par le feu Mzée Laurent Désiré Kabila, conformément aux dispositions de la constitution, à son article 30”, conclu la déclaration.

Rappelons que cette déclaration survient, après le transfert à kinshasa du président de l’Union des Jeunes Katangais, Paul Mwenz, qui serait accusé par les services de renseignement, d’être partisan dans d’un courant favorable à la sécession du Katanga. Mais pour les partisans du leader de l’UJK, son interpellation a comme instigateur, un parti politique dont l’identité n’a pas été révélé à politico.cd.

Adrien Ambanengo | Politico.cd