25.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards

mercredi, février 26, 2020
Publicité

L’ONU indique que les massacres commis à Yumbi pourraient être des crimes contre l’humanité

L’enquête menée par le bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU à la suite de massacres à Yumbi a permis de conclure que les violences documentées à Yumbi pourraient présenter des éléments constitutifs de crime contre l’humanité par meurtre, persécution, transfert forcé de populations ou violences sexuelles.

“Au moins 545 personnes ont été tuées dans les violences commises à Yumbi, Nkolo II et Bongende. Bien que les assaillants aient atteint des personnes non Banunu, il semble que la grande majorité des victimes ont été visées en raison de leur appartenance à la communauté Banunu” écrit le document publié ce mardi à Genève.

“Dans certains cas, les assaillants ont demandé si les victimes étaient Banunu avant de les tuer, et ont épargné les membres d’autres communautés” écrit le rapport.

Les informations collectées par l’équipe, notamment à travers les divers témoignages des
personnes rescapées, semblent en outre démontrer que les auteurs des violences avaient l’intention
de détruire la communauté Banunu dans les localités visées poursuit la même source.

“De manière générale, le mode opératoire utilisé lors des attaques semble indiquer la volonté des assaillants de tuer le plus grand nombre de personnes, y compris les femmes et les enfants (et dans certains cas les fœtus) et de ne laisser aucun survivant : les victimes blessées étaient presque systématiquement achevées par arme blanche ; les personnes qui tentaient de fuir les maisons en flammes étaient tuées, tout comme celles qui tentaient de fuir par le fleuve” dit le Haut-commissariat de l’ONU aux droits humains.

Le rapport indique qu’enfin, les meurtres documentés ont été commis dans le cadre d’une série d’attaques similaires et planifiées contre les populations Banunu des trois localités de Yumbi, Nkolo II et Bongende.

“Certains assaillants auraient dit devant une victime à Yumbi qu’ils n’avaient pas pour instruction de piller mais seulement de tuer.”

Le rapport conclut qu’en outre, les meurtres, mutilations et destructions d’habitations décrits dans le présent rapport ont été commis de manière délibérée et systématique à l’encontre de membres de la communauté Banunu et pourraient dès lors présenter les éléments constitutifs de crimes contre l’humanité par meurtre, par persécution ou par transfert forcé de populations.

Fiston Mahamba |POLITICO.CD
- Publicité -

EN CONTINU

Affaire prêt supposé obtenu par le FPG au FPI: les avocats de l’ancien ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba saisissent la justice

Dans un communiqué de presse datant du 25 février 2020, les avocats conseils de Tryphon Kin Kiey Mulumba, plusieurs fois ministres et...

RDC: Les avocats de Samih Jammal sollicitent son transfert dans un hôpital à cause d’un malaise

Arrêté pour le présumé détournement de 57 millions USD destinés à la construction des maisons préfabriquées dans le cadre du programme de...

Programme de 100 jours : un militant du collectif des citoyens indignés demande pardon à Amato Bayubasire pour l’avoir accusé de détournement sans preuve

Quelques jours après le dépôt de la plainte contre Augustin Ntaitunda à la cour d’appel de Bukavu, celui-ci vient de demander pardon...

Coronavirus: plus de 140 étudiants congolais bloqués en Chine, les parents appellent Félix Tshisekedi à réagir

Plusieurs étudiants congolais sont encore bloqués en Chine alors que l'épidémie de Coronavirus y fait rage.Face à cette...

Ramazani Shadary a réussi durant ces deux années, à placer le PPRD au premier plan dans l’échiquier national ( Cellule de communication )

Dans une une vidéo diffusée par la cellule de communication du PPRD et qui nous est parvenue ce mercredi 26 janvier 2020,...

notre sélection

Entrepreneuriat: les albinos formés sur les techniques de fabrication de produits cosmétiques bio pour leurs peaux grâce à Vodacom

Désormais, les albinos peuvent fabriquer eux-mêmes leurs produits cosmétiques bio pour la peau grâce à une formation organisée par la Fondation Vodacom...

« Congo Faut Ebonga », la campagne qui veut “réparer” la RDC

"Il faut que le Congo change", ou encore, "le Congo doit se développer." Le slogan lancé sur les réseaux sociaux il y...

Une “gaffe” s’est-elle glissée dans l’ordonnance présidentielle nommant les nouveaux hauts magistrats en RDC?

Une gaffe se serait glissée dans l'ordonnance présidentielle nommant les nouveaux Hauts magistrats le 07 février 2020 dernier, révèlent plusieurs internautes et...
SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join