La RDC et la Belgique vont bientôt publier la date de la réouverture de la Maison Schengen

Dans un document intitulé “Accord visant la réouverture de la Maison Schengen” signé par François Beya Kasonga, conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité et Philippe Bronchain, chargé d’affaires ai du Royaume de Belgique, les deux pays se sont convenus ce 22 février sur les modalités devant mener à la réouverture de la Maison Schengen à Kinshasa.

Le document dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, stipule que la Maison Schengen rouvrira sous un autre label, défini après consultation des partenaires de l’espace Schengen, suivant les formalités en vigueur en matière d’octroi de visa.

Le document souligne que l’ambassade de Belgique ouvrira à son sein, un guichet de traitement dédié aux officiels congolais détenteurs de passeports diplomatiques.

“Les demandes pour cette catégorie seront traitées en ayant égard à la dignité de fonctions concernées” écrit l’accord.

De son côté, la République Démocratique du Congo s’engage à rétablir l’immunité diplomatique sur les bâtiments dédiés aux activités de la Maison Schengen insiste l’accord.

Le quatrième point de cet accord, qui en compte six, précise qu’il est institué un mécanisme structurel d’évaluation entre la direction générale des affaires consulaires, l’office des étrangers et la direction générale de migrations de la RDC.

L’accord n’exclut pas néanmoins l’octroi des visas aux officiels congolais par les autres ambassades de l’espace Schengen basées à Kinshasa. Il clarifie que: “les ambassades représentées par l’ambassade du Royaume de Belgique via le dispositif de la Maison Schengen conversent la possibilité de délivrer directement des visas Schengen aux titulaires de passeports diplomatiques”.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La Garde républicaine (GR) ne peut plus protéger Joseph Kabila et Olive Lembe estime Jean-Jacques Wondo

En séjour dans l’est de la République Démocratique du Congo, l’ex Première…

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

SADC: voici les 5 garanties que la CENI a “refusé” de donner à l’opposition

Les négociations ont échoué ce soir entre la délégation de la SADC et l’opposition congolaise qui a refusé de signer un accord de bonne conduite, posant plusieurs préalables.