Joseph Kabila se méfie-t-il de Félix Tshisekedi?

Dimanche dernier, à la surprise générale, Joseph Kabila s’est rendu à la cité de l’Union Africaine dans l’ouest de Kinshasa où loge toujours Félix Tshisekedi, le nouveau président congolais, dans l’attente d’une maison officielle. C’était la toute première sortie publique de Kabila depuis son départ officiel à la suite d’une remise et reprise le 25 janvier à Kinshasa.

Derrière cette rencontre officialisée, Joseph Kabila est passé “discuter avec Félix Tshisekedi des futurs enjeux“.  La formation du prochain gouvernement était au coeur des discussions. Elu à la Présidentielle 30 décembre dernier, Félix Tshisekedi ne dispose pas d’une majorité au Parlement où la formation de l’ancien président s’est offerte une majorité absolue. Le Front Commun pour le Congo (FCC) revendique donc le poste du Premier ministre et la majorité des postes au gouvernement.

Mais dans les coulisses, Félix Tshisekedi peut manoeuvrer. Son ancien allié Moïse Katumbi — bien qu’ils soient en opposition depuis que Martin Fayulu, candidat soutenu par l’ex-gouverneur du Katanga, conteste la victoire de Tshisekedi — dispose d’autour de 90 députés. Par ailleurs, la famille politique de Joseph Kabila n’étant pas compacte. Plusieurs de ses cadres, dont Modeste Bahati, ont haussé le ton autour de partage des postes.

Le nouveau Président pourrait donc profiter de ces dissensions pour se dégager une nouvelle majorité à la barde de Joseph Kabila, et nommer un Premier ministre de son choix. Mais l’homme qui a dirigé la RDC durant 18 ans a senti le danger. Ce mercredi, dans sa ferme privée à Kingakati, il a convoqué tous ses cadres pour visiblement étouffer toute rébellion.

Modeste Bahati au premier rang, Emmanuel Ramazani, ou encore Néhémie Mwilanya ont tous signé une charte qui renouvelle leur confiance à l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila, tout en écartant toute velléité de rébellion. Avec ce geste, Joseph Kabila reprend la main sur sa formation en revenant officiellement sur la scène politique.

Mais il prouve également que le jeu politique reste tendu entre lui et Félix Tshisekedi, qui ne compte visiblement pas rendre la vie facile à l’ancien pouvoir, alors que ce dernierC  détient toutefois le Parlement.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

SADC: voici les 5 garanties que la CENI a “refusé” de donner à l’opposition

Les négociations ont échoué ce soir entre la délégation de la SADC et l’opposition congolaise qui a refusé de signer un accord de bonne conduite, posant plusieurs préalables. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

La Garde républicaine (GR) ne peut plus protéger Joseph Kabila et Olive Lembe estime Jean-Jacques Wondo

En séjour dans l’est de la République Démocratique du Congo, l’ex Première…