RDC: avec quel passeport Moïse Katumbi voyage-t-il?

Le 8 septembre, c’est via une annonce sur Twitter que Moïse Katumbi révèle être aux Etats-Unis, à New York, où il entend mobiliser pour la tenue des élections réellement inclusives et démocratiques en République démocratique du Congo. Loin de cet activisme, à Kinshasa, la rumeur enfle. Sur les réseaux sociaux, on diffuse des images d’un passeport zambien, affirmant que l’opposant congolais voyagerait avec un document autre que celui de la République démocratique du Congo.

En effet, c’est depuis le 14 juin dernier que l’ancien gouverneur du Katanga n’a plus son passeport congolais en sa possession. Il a é brièvement arrêté, le 14 juin dernier, par la police belge de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem à Bruxelles. Selon les autorités policières belges, une partie de son passeport n’était pas authentique. Le document lui avait alors été confisqué. Etrangement, Katumbi ne sera pas refoulé. Au contraire, un titre de séjour “temporaire” de deux semaines lui sera accordé, lui demandant de regulariser sa situation. Plus étrange, ce délai dépassé, Moïse Katumbi réside toujours en Belgique et aucun officiel belge ne daigne s’expliquer. Par ailleurs,  l’information judiciaire ouverte à l’encontre de l’opposant congolais est même classée sans suite:  il n’y a donc eu aucune falsification.

En vérité, derrière cette affaire, une lutte politique a lieu. S’il est vrai que Moïse Katumbi n’a toujours pas de passeport congolais, sa demande effectuée depuis février 2018, pour un nouveau passeport biométrique, n’a jamais aboutie. Les autorités congolaises, au prise avec l’intéressé, semble visiblement utiliser cette situation. Outre le fait de lui refuser un nouveau passeport, Kinshasa a accéléré l’interdiction des passeports semi-biométriques retirés de la circulation depuis janvier. Les services congolais chargés des l’immigration ont fait diffuser un communiquer interdisant aux compagnies d’aviation d’embarquer toute personne détentrice de ce type de passeport que possède également l’opposant Katumbi. Par ailleurs, alors que Katumbi s’est présenté  durant deux jours en août dernier au poste-frontalier de Kasumbalesa, au sud du pays, sans que les autorités ne lui autorisent à regagner le pays, un mandat d’arrêt international a été lancé en son encontre.

Néanmoins, aucun pays n’applique visiblement le mandat congolais. La question de savoir avec quel document voyage Katumbi reste entière.  “Je suis un homme libre, je voyage et continuerai à voyager. Je remercie la Belgique et nombre de pays amis qui m’ont signifié leur solidarité. Si la RDC continue à me refuser mon droit, des pays sont prêts à me donner un titre de voyage. Malheur à ceux qui pensaient me bloquer“, a néanmoins répondu le leader de ENSEMBLE lors d’un Twitter live à ce sujet. 

En effet, pour voyager, il existe plusieurs moyens outre qu’un passeport de son pays d’origine. L’ONU par exemple, dispose d’un titre de voyage pour réfugiés (également appelée 1951 Convention travel document en anglais ou passeport de Genève). Il s’agit d’un titre de voyage délivré à un réfugié par l’État dans lequel il réside habituellement, lui permettant de voyager en dehors de cet État et d’y retourner. Les 145 États qui ont ratifiés la Convention Relative au Statut des Réfugiés de 1951 sont tenus de délivrer des titres de voyage aux réfugiés résidant régulièrement sur leur territoire

Si  Katumbi n’est pas officiellement réfugié en Belgique, il semble clairement disposer d’un autre moyen de voyager. La RDC, à titre indicatif, accepte également plusieurs documents comme titres de voyages:

  • Laissez-passer individuel ;
  • Laissez-passer collectif ;
  • Laissez-passer véhicule ;
  • Laissez-passer spécial ;
  • Laissez-passer tenant lieu de passeport ;
  • Jeton de visite frontalière ;
  • Jeton de marché frontalier ;
  • Carte spéciale CEPGL
  • Carte d’autorisation spéciale de circulation (CEPGL).

Moïse Katumbi pourrait également disposer du passeport d’un autre pays sans renoncer à sa nationalité congolaise, à l’image de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler qui dispose bien d’un passeport congolais sans toutefois avoir la nationalité. Il a d’ailleurs été sanctionné par des autorités américaines sous ce passeport.

1 commentaire
  1. N’est-il pas dit que seulement une partie de son passeport semi-biométrique est présumée fausse. Alors, il voyage avec la partie vraie. L’assertion qu’une partie de son passeport est fausse est ridicule. Ou tout le passeport est en ordre ou il est faux .

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.