Première mobilisation pour le retour de Moïse Katumbi sans incident à Goma

Des milliers de partisans de Moïse Katumbi ont pris d’assaut les principales artères de la ville de Goma pour chuter au quartier général de la mission de l’ONU pour déposer le mémorandum de structures soutenant le retour de Moïse Katumbi pour sa participation à la prochaine présidentielle.

« Aux noms de toutes les forces Katumbistes de Goma qui ont répondu massivement présents à notre appel de la marche demandant à la MONUSCO de s’impliquer personnellement à la mise en œuvre effective de l’accord de la Saint Sylvestre sur son volet décrispation du climat politique en faveur des cas emblématiques dont Moïse Katumbi fait partie et en agissant selon la résolution 2348 des Nations-Unies pour que dans un bref délai notre candidat rentre et dépose sa candidature aux prochaines élections » a dit à POLITICO.CD Michel Mokoria, coordonateur national de l’association Ensemble pour Moïse Katumbi tout en félicitant la police et les autorités urbaines qui ont compris le bien fondé de la démarche qui est un droit reconnu par la constitution du pays rappelle la source.

« Enfin nous espérons que la MONUSCO fera diligence pour convaincre le gouvernement congolais à autoriser notre président de retourner au pays pour participer comme tous les autres au processus électoral qui nous souhaitons tous inclusif et apaisé » a déclaré à POLITICO.CD, Michel Mokoria.

« Les partis politiques et les associations membres de la plateforme Ensemble réclamant le retour de Moïse Katumbi en homme libre pour participer aux élections et qui ont déposé le memo à la MONUSCO pour son implication l’avantage » a dit Maris Mambo, président du fan club du football Tout Puissant Mazembe et coordonnateur des amis et sympathisant de Moïse Katumbi; également président fédéral du PND au Nord-Kivu.

Dans une lettre adressée à Éric-Dupont Moretti, avocat de l’ancien gouverneur de la province du Katanga le 29 juillet dernier, le conseil de droits de l’homme de Nations unies appelle la RDC à prendre toutes les mesures nécessaires afin de s’assurer que l’opposant Moïse Katumbi rentre en RDC.

Le conseil de droits de l’homme de Nations unies dont la RDC a été élu État membre depuis l’an dernier appelle la RDC à se conformer aux textes de son organisation en “prenant toutes les mesures pour garantir le  droit de Moïse Katumbi à la liberté et la sécurité en le protégeant contre toute forme d’arrestation ou de détention arbitraire”.

Dans une déclaration faite à Bruxelles ce 30 août, l’Union Européenne a également appelé au respect de l’accord politique de la Saint Sylvestre et la résolution 2409 du Conseil de sécurité des Nations Unies, appelant à un processus véritablement inclusif qui puisse aboutir à des élections crédibles, transparentes et pacifiques, facteurs indispensables pour arriver à un résultat accepté par toutes les parties et à une stabilisation durable en RDC.

Fiston Mahamba

 

 

 

 

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

Et si Nangaa et Fayulu disaient la même chose?

Le président de la CENI a fait savoir que seuls les bulletins papiers seront comptabilisés et pris en compte durant les prochaines élections, rejoignant peut-être la position de l’opposition Martin Fayulu, candidat de la coalition LAMUKA.