Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min

Nomination de Thabo Mbeki: la RDC a refusé toute médiation internationale et n’a pas besoin de baby-sitter

Selon l’organe de la SADC sur la politique, la défense et la coopération en matière de sécurité, l’organisation a largement contribué au respect de l’accord du 31 décembre 2016 en vue des élections en République démocratique du Congo et à la tenue de celles-ci pour le 23 décembre 2018. La plupart des éléments de cet accord, tels que la fin de la répression politique, restent toutefois en suspens.

Les autorités congolaises insistent sur le fait que la démission de Kabila était une affaire interne. En fait, le pays ne veut aucune ingérence extérieure dans ses affaires. Interrogé sur une éventuelle nomination de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki en tant qu’envoyé spécial en RDC, un haut responsable de la RDC lors du sommet a déclaré à ISS Today que le pays refusait toute médiation internationale et « n’a pas besoin de garde d’enfants ». Kabila a également déclaré que le processus électoral n’était pas le résultat de «toute sorte de chantage».

Quoi qu’il en soit, la plupart des dirigeants de la SADC, après avoir félicité Kabila avec un soupir de soulagement, semblent croire que la tâche de l’organisation en RDC est maintenant terminée. Dans sa déclaration finale du sommet de Windhoek, la SADC a simplement félicité le président Joseph Kabila et déclaré que « le gouvernement de la RDC continuera à fournir les fonds et les besoins logistiques nécessaires pour permettre la conduite d’élections pacifiques et crédibles ».

Interrogé à ce sujet, le président namibien, Hage Geingob, le nouveau président de la SADC, a déclaré que malgré ses craintes de ne pas démissionner, Kabila avait nommé un candidat de son parti et même prononcé un discours d’adieu. «Pour nous, c’est une bonne nouvelle, que voulez-vous de plus? Geingob a déclaré que la SADC ne pouvait pas s’ingérer dans un pays souverain comme la RDC et qu’il appartenait aux citoyens de ce pays de «travailler pour la démocratie».

Fiston Mahamba 
- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...