Nomination de Thabo Mbeki: la RDC a refusé toute médiation internationale et n’a pas besoin de baby-sitter

Selon l’organe de la SADC sur la politique, la défense et la coopération en matière de sécurité, l’organisation a largement contribué au respect de l’accord du 31 décembre 2016 en vue des élections en République démocratique du Congo et à la tenue de celles-ci pour le 23 décembre 2018. La plupart des éléments de cet accord, tels que la fin de la répression politique, restent toutefois en suspens.

Les autorités congolaises insistent sur le fait que la démission de Kabila était une affaire interne. En fait, le pays ne veut aucune ingérence extérieure dans ses affaires. Interrogé sur une éventuelle nomination de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki en tant qu’envoyé spécial en RDC, un haut responsable de la RDC lors du sommet a déclaré à ISS Today que le pays refusait toute médiation internationale et “n’a pas besoin de garde d’enfants”. Kabila a également déclaré que le processus électoral n’était pas le résultat de «toute sorte de chantage».

Quoi qu’il en soit, la plupart des dirigeants de la SADC, après avoir félicité Kabila avec un soupir de soulagement, semblent croire que la tâche de l’organisation en RDC est maintenant terminée. Dans sa déclaration finale du sommet de Windhoek, la SADC a simplement félicité le président Joseph Kabila et déclaré que “le gouvernement de la RDC continuera à fournir les fonds et les besoins logistiques nécessaires pour permettre la conduite d’élections pacifiques et crédibles”.

Interrogé à ce sujet, le président namibien, Hage Geingob, le nouveau président de la SADC, a déclaré que malgré ses craintes de ne pas démissionner, Kabila avait nommé un candidat de son parti et même prononcé un discours d’adieu. «Pour nous, c’est une bonne nouvelle, que voulez-vous de plus? Geingob a déclaré que la SADC ne pouvait pas s’ingérer dans un pays souverain comme la RDC et qu’il appartenait aux citoyens de ce pays de «travailler pour la démocratie».

Fiston Mahamba 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

SADC: voici les 5 garanties que la CENI a “refusé” de donner à l’opposition

Les négociations ont échoué ce soir entre la délégation de la SADC et l’opposition congolaise qui a refusé de signer un accord de bonne conduite, posant plusieurs préalables. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

La Garde républicaine (GR) ne peut plus protéger Joseph Kabila et Olive Lembe estime Jean-Jacques Wondo

En séjour dans l’est de la République Démocratique du Congo, l’ex Première…