Le ministère Congolais de la santé a annoncé mardi la validation de l’utilisation de quatre molécules thérapeutiques expérimentales supplémentaires, à savoir ZMapp, Remdesivir, Favipiravir et Regn3450–3471–3479.

“Les protocoles d’administration de ces molécules répondent à des conditions strictes liées notamment à la condition du patient, la facilité d’utilisation du traitement et la capacité de l’équipe médicale du centre de traitement d’Ebola, CTE. Ce mardi 21 août 2018, le Remdesivir, produit par Gilead Sciences, a été administré à une patiente traitée au CTE de Béni, qui se porte bien” explique le document consulté par POLITICO.CD.

“Les équipes de prise en charge et de recherche des centres de traitement d’Ebola (CTE) pourront ainsi utiliser ces molécules pour le traitement des patients contaminés par la maladie à virus Ebola” poursuit la même source.

Le traitement expérimental MAB114, développé par le docteur Jean-Jacques Muyembe de l’institut national de recherche biomédicale, INRB en collaboration avec la National Institute for Health des États-Unis à commencé à être utilisé depuis le samedi 11 août 2018. Il a été administré à 10 patients qui connaissent une évolution positive indique le communiqué de presse du ministère de la santé.

L’autre pilier de la riposte contre Ebola, qui est la vaccination de membres du personnel de santé, de contacts et de contacts de contacts se poursuit. Les activités de vaccination se poursuivent sur les trois sites de Mabalako, Béni et Mandima. Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 1.693 personnes ont été vaccinées, dont 903 à Mabalako, 471 à Béni et 319 à Mandima”. 

Depuis le début de la dixième épidémie d’Ebola apparu à Mangina, en territoire de Beni, au total, 102 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région dont 75 cas confirmés et 27 probables et 59 morts dont 32 de cas confirmés.

Fiston Mahamba