L‘échange a duré plus de deux heures et le candidat déclaré à la présidentielle de décembre prochain pour le compte d’Ensemble pour le changement, sa plateforme électorale s’est défendu en apportant les réponses à toutes les questions et sous questions posées par les internautes.

Moïse Katumbi a profité de ce livetweet qui avait pour hastag #AskMoise pour annoncer son retour en RDC fin juillet-début août, décalant ainsi la date de ce retour qu’il avait récemment annoncé pour juin. Il également parlé de procès qui sont menés par la justice Congolaise contre lui, les qualifiant de manœuvre pour l’écarter de la course présidentielle. On a également constaté le jet de quelques lignes de ce que sera le projet de société de Moïse Katumbi lors de sa campagne électorale au travers cet échange en ligne.

À la question de POLITICO.CD de savoir quelle réaction l’ancien gouverneur de la province du Katanga donnait aux révélations du maire de la ville de San Vito dei Normanni (sud de l’Italie) à l’agence de presse Reuters sur l’acquisition de la nationalité Italienne par l’opposant Congolais en exil, Moïse Katumbi a préféré ne pas répondre sur la question, malgré les multiples relances du journaliste de POLITICO.CD.

La ville de San Vito dei Normanni, dans le sud de l’Italie, avait confirmé dans un courriel envoyé à l’agence de presse Reuters en avril dernier que Moïse Katumbi détenait la citoyenneté italienne depuis plus de 16 ans. Le statut de citoyen en Italie est généralement enregistré par les mairies locales.

D’autres questions notamment sur le fait que l’opposant Congolais n’a jamais remis le formulaire de demande de renouvellement de passeport, lui remis par l’ambassade Congolaise en Belgique n’ont pas trouvé de réponse jusqu’à la fin de cet énième exercice annoncé sans question tabou par le président du Tout Puissant Mazembe.

*Fiston MAHAMBA*