La chambre d’appel « annule la déclaration de culpabilité de Jean-Pierre Bemba » et « prononce l’acquittement de l’accusé car les sérieuses erreurs commises par la chambre de première instance font entièrement disparaître sa responsabilité pénale », lance la juge Christine Van den Wijngaert en direct sur internet. Loin de là, à Kinshasa, c’est le séisme.

Si la majorité de la classe politique, en dehors du pouvoir congolais, jubile, certains, au sein même de l’opposition, ne sauront peut-être pas sur quel pied danser. Des jadis amis, des très proches, des vieux amis et copains, tous, devront regarder la libération du “Chairman” de loin.

En effet, nous sommes en juillet 2010, au point saillant du procès de Jean-Pierre Bemba à la CPI. Et pendant que la défense du leader du MLC s’organise, le monde découvre une situation bien étrange. Deux des témoins clés du procureur de l’époque, Luis Moreno Ocampo, n’est autre que Olivier Etsu Kamitatu et José Ondundo Bononge.

A la CPI, le débat fait rage. Camarade intime de Bemba depuis l’Institut catholique des hautes études commerciales (ICHEC) à Bruxelles, Olivier Kamitatu Etsu est contesté, alors qu’il témoigne en sa qualité de Secrétaire général du MLC au moment des faits. L’homme a cependant rallié Kabila, au sein de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP). Une photo, celle de Bemba alors élève à l’ICHEC à Bruxelles,  en compagnie de camarades intimes dont Kamitatu, fait surface. Le MLC se saisit de cette photo pour invoquer une jurisprudence durant le procès.

À en croire les juristes du Mouvement de Libération du Congo, «selon la jurisprudence internationale (…), il suffit de prouver que tel témoin était intimement lié à son ami d’enfance» pendant la période ayant donné lieu au conflit judiciaire pour mettre à mal tout son témoignage.   Les juristes du MLC qui ont plongé dans tous les textes veulent démontrer qu’Olivier Etsu Kamitatu a témoigné contre son ex-ami dans le but d’atténuer sa propre responsabilité dans cette affaire. Rien n’arrêtera Moreno et ses témoins. Tour à tour, Kamitatu et Endundo, cadres Kabilistes, chargeront sérieusement Bemba.

Aujourd’hui, l’eau a peut-être coulé sous le pont. Après avoir été avec Kabila, ou même Pay Pay et Masangu, Kamitatu est à nouveau bras droit de Moïse Katumbi, un homme qui accueille chaleureusement le retour de Bemba. Une situation qui pourrait laisse entrevoir des bonnes trouvailles du côté de l’opposition les jours à venir.