Que mijotent la France et le Rwanda au sujet de la RDC?

Alors que les liens entre Paris et Kigali restent distendus depuis le génocide rwandais, Emmanuel Macron et Paul Kagame ont renoué leurs rélations diplomatiques lors d’une visite mercredi du président rwandais à l’Elysée. A Kinshasa, ce rapprochement n’a pas manqué d’inquiéter.

En effet, les relations restent tendues entre la République démocratique du Congo et le Rwanda voisin. La semaine dernière, une étrange affaire a fait surface. Selon Jeune Afrique, Brigitte Safari Misabiro, épouse d’un cadre de l’ex-groupe rebelle M23, a été arrêtée à la frontière entre les deux pays et  transférée le 11 mai à Kinshasa. Elle serait au cœur d’un « complot » de Kigali contre Joseph Kabila. « L’armée congolaise prend cette affaire très au sérieux et se prépare avec tous ses moyens à faire échec à cet énième complot» , aurait alors confié un un haut-responsable des Forces armées de la RDC (FARDC), proche du président Joseph Kabila, à Jeune Afrique.

Dans ce contexte, le président français Emmanuel Macron est venu alimenter l’inquiétude avec une déclaration qui n’a pas manqué d’intriguer à Kinshasa. “Nous avons aussi évoqué la situation en République démocratique du Congo. La position de l’Union Africain et des pays de la région est pour moi essentielle, j’y suis très attaché et, je peux dire ici, que nous partageons constamment avis et position, et que la France soutient l’initiative prise par le président de l’Union Africaine en lien étroit avec le président angolais“, a-t-il dit.

Cependant, loin d’une opposition frontale entre Kinshasa et Kigali, la position de Paul Kagame sous son étiquette du président de l’UA risque de faire déchanter les opposants qui réclament le départ du président Joseph Kabila. En effet, expliquant la position de son pays sur France24 mercredi,, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, également candidate au poste de Secrétaire générale de la Francophonie, a faire savoir que son pays n’a pas le droit de demander le départ de Kabila: “La priorité du Rwanda et de l’UA est la stabilité de la RDC. Nous n’avons rien à dire sur le maintien ou non de Kabila au pouvoir, ça regarde les Congolais”, a-t-elle dit.

2 commentaires
  1. Le Rwanda n’a rien à dire sur le départ ou le maintient de Kabila. Au Congo, il y au une constitution. On doit respecter ce que dit cette constitution point barre. Ce n’est pas à Kagame ni à Macron d’aller à l’encontre des aspirations des Congolais et de leur constitution.

  2. nous somme ps oblige d’écouter c que dise les autres car tt c monde dans leur déclaration, il parle que des potentialité de la rdc donc c se qui les intéressent. donc pour eux si celui là leur donne plus de diamant et de l’or il peut rester M23 ET autres. je ne voie pas c que nous pouvons espéré de la france, aussi longtemps MACRON et très complaisant dans c propos, il ne soucie jamais de la vie humaine. par ce que il ne sais pas combien le rwanda à tuer de congolais dans le complot avec certain voisin

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.