Où est passé Sindika Dokolo?

Où est passé le congolais Sindika Dokolo? La question est un peu partout sur les réseaux sociaux où le gendre de l’ex-président angolais était pourtant omniprésent, à s’attaquer au régime de Joseph Kabila, tout en pronnant un combat pour l’alternance en République démocratique du Congo.

Sur son compte Twitter, jadis très actif, le dernier message du mari d’Isabel Dos Santos remonté du 22 janvier 2018. “À tous les kabilistes et alliés qui ont senti dimanche 21 janvier la colère d’un peuple trop longtemps bafoué, quittez ce navire qui chavire!” lançait-t-il. Le même message arrivait plusieurs mois après sa dernière prise de parole qui remonte de novembre dernier, avec un appel pathétique à la mobilisation contre Joseph Kabila; le fameux “mot d’ordre”.

Si le leader s’est fait rare,  son mouvement continue bien que mal à mobiliser sur le terrain. Les Congolais Débout ont notamment organisé une “grande Manifestation” le 6 février 2018 pour soutenir l’ouverture d’une enquête internationale contre le regime Kabila devant le siege de la Cour pénale internationale (CPI).

On est certes loin d’une période où Sindika Dokolo était au devant de la scène politico-citoyenne en RDC. En début de semaine, il a été photographié bien timidement aux côtés de Cécile Kyenge, député européenne originaire de la RDC.

Pendant ce temps, l’épouse de Sindika Dokolo s’est retrouvée dans une position très inconfortable en Angola où le nouveau pouvoir la poursuit désormais pour des faits de corruption et détournement.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Kabila 2 – Ne Muanda 1

La fameuse deuxième mi-temps promise par le gourou Ne Muanda Nsemi a visiblement été remportée par le Pouvoir congolais, par forfait. 

Katumbi, Muyambo, Diomi….où en sont les mesures de décrispation?

Des opposants congolais sont toujours soit en prison, soit en exile, alors que l’annulation de leurs condamnations a été évoquée dans l’accord du 31 décembre. Qu’en est-il réellement de la situation.

Est-il possible de “prendre” le Palais de la Nation?

Le Rassemblement appelle à une “grande mobilisation générale pacifique” pour demander l’application de l’accord signé le 31 décembre dernier, et dont le point de chute n’est autre que le bureau du président Joseph Kabila.